Assurance santé animale : Lutter contre les vers du chien, une question de santé publique

Certains vers digestifs du chien représentent également un danger pour l’homme. Le traitement par un vermifuge recommandé par le vétérinaire est une prévention indispensable pour la santé du chien mais aussi de son entourage.

Parmi les vers digestifs du chien représentant également un danger pour l’homme, Toxocara est responsable d’une zoonose (maladie commune à l’homme et l’animal).

Jusqu’à 7 % de personnes infectées

La proportion des personnes infectées n’est pas négligeable : elle est évaluée à 3 – 7 % en ville et jusqu’à 15 % à la campagne*. Chez l’être humain, la présence de vers intestinaux (ténias, ascaris) provoque des troubles de santé (atteinte générale, désordres digestifs), souvent plus graves chez l’enfant.

C’est le cas avec les larves d’ascaris qui migrent dans l’organisme et peuvent aller se loger dans les muscles, l’œil et même le cerveau (phénomène de Larva migrans).
Le chien infesté contamine son environnement, car tous ces vers digestifs rejettent leurs œufs dans les selles (crottes de chien).

Attention aux espaces verts et airs de jeux des jardins publics

Différentes études ont montré que 40 à 75 % des espaces verts ou aires de jeux des jardins publics sont contaminés par des œufs d’ascaris. En effet, les aires de jeux des enfants, particulièrement les bacs à sable, sont souvent souillés par des excréments de chien (et de chat).

Les vers du chat sont tout aussi dangereux que les vers du chien. En fait, les vers sont partout : en ville aussi bien qu’à la campagne.

Un risque de contamination accrue chez les enfants

En se léchant, l’animal peut aussi déposer des œufs sur son pelage. Ce phénomène facilite la contamination des personnes de son entourage, notamment les enfants, à l’occasion des caresses et des câlins au chien. En portant ensuite les mains à la bouche, l’enfant avale des œufs de vers.

Vermifuger les chiens est donc essentiel pour protéger la santé de l’homme. Le vermifuge sera sa meilleure protection et celle de son entourage (autres animaux, humains, etc.).
Le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale peut servir à financer l’achat du vermifuge. Le chien sera traité de 22 à fois par an selon son mode de vie, sir les recommandations du vétérinaire.

*Source : laboratoire Merial

Laissez votre avis