Assurance santé animale : lutter efficacement contre les puces

Les puces se font plus nombreuses en automne. Les traitements, sur les conseils du vétérinaire, doivent être adaptés à l’espèce (chien, chat) et réguliers. L’assurance santé animale prend en charge une partie de l’achat de ces produits.

Lutter contre les puces tout au long de l’année est la meilleure mesure de prévention en vue d’éviter l’infestation. Outre les démangeaisons, les puces véhiculent en effet des maladies (ténia). Par ailleurs, certains chiens et chats peuvent présenter une allergie à la piqûre de puce (DAPP).

Chiens et chats ne peuvent pas être traités avec les mêmes produits. Ceux utilisés pour le chien et contenant de la perméthrine ne se destinent pas en effet aux chats. Cette substance toxique se retrouve par ailleurs également dans de nombreux produits pour le jardin ou la maison.

Il est important, si les deux espèces cohabitent dans la maison, de demander conseil au vétérinaire. Car tous les animaux vivants sous le même toit doivent faire l’objet d’un traitement préventif.

Quel meilleur traitement contre les puces ?

Pour lutter contre les puces, il existe de nombreuses armes. Les poudres (utilisées par le passé) et les shampoings ne sont pas les plus efficaces. Les premières n’offrent pas une protection suffisante ; et les seconds ne sont utiles que pour débarrasser un chien ou chat des parasites une fois infesté, mais n’empêche pas une autre infestation par la suite.

Les produits les plus utilisés sont les pipettes (spot-on), les pulvérisateurs, voire les cachets.

Mais ces derniers empêchent principalement la puce de pondre des œufs sur le corps de l’animal, mais ne le protègent pas toujours des piqûres. Ils sont donc peu utiles pour les animaux allergiques.

Enfin quant aux colliers (de nombreux pour chiens et chats ont été retirés du commerce), ils restent efficaces, mais surtout au niveau du cou. Alors que la puce peut piquer en de maints endroits. Le collier peut également représenter un danger chez les animaux avec le risque de s’accrocher et de s’étrangler.

Une bonne application est nécessaire

Le vétérinaire, outre la recommandation de l’antiparasitaire le mieux adapté (en fonction de l’espèce, du poids, de l’âge et du mode de vie de l’animal), conseillera également le maître sur la fréquence du traitement. Et surtout sur la manière de l’appliquer afin d’obtenir une protection optimale.

L’achat des antiparasitaires, comme tout autre produit de soin et d’entretien, notamment, peut être financé à l’aide du forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale pour chien et chat.


Laissez votre avis