Assurance santé animale : ne pas sous-estimer les griffures de chat

Les morsures de chiens sont à l’origine de nombreux accidents. Les morsures et griffures de chats sont beaucoup moins relatées. Pourtant, elles ne doivent pas être sous-estimées.

Une griffure de chat ou une morsure de chat ne doit pas être prise à la légère. Que l’on connaisse ou non l’animal.

Dans une étude publiée dans le Journal of Hand Surgery, le Dr Brian Carlsen de la Mayo Clinic de Rochester (Etats-Unis) fait le point sur les patients reçus en consultation après s’être fait mordre par un chat.

Entre 2009 et 2011, sur les 193 patients, la moitié est venue aux urgences ; l’autre moitié en consultation généraliste.

30 % des patients ont dû être hospitalisés suite à une morsure de chat, pour une durée de 3,2 jours en moyenne. Pour les deux tiers d’entre eux, une intervention chirurgicale a été nécessaire.

Morsure de chat : éviter l’infection

Ne serait-ce que pour dans un premier temps désinfecter les plaies. Car une morsure de chat ou une griffure de chat risque très vite d’évoluer vers une infection plus ou moins grave.

La flore buccale des chats (comme celle des chiens) renferme des germes qui peuvent être dangereux pour la santé humaine.

L’étude américaine évoque notamment Pasteurella multocida, un germe qui a été identifié dans 19 des 50 cultures bactériologiques effectuées pour l’occasion. Il est à l’origine d’infections cutanées. Les cas de complication ne sont pas rares par la suite.

Autre risque : la maladie des griffes du chat. Elle est due à une bactérie : Bartonella hensalae, transmise aux chats par les puces.

Il est donc important de traiter correctement son chat avec un antiparasitaire, tout au long de l’année. Qu’il ait ou non accès à l’extérieur. L’achat de ce traitement peut être financé par le forfait prévention contenu dans certaines formules s’assurance santé animale.

10 à 20 % des chats responsables de blessures en France

En France aussi, les morsures et griffures – tous animaux confondus – sont responsables de nombreux motifs de consultation en service d’urgence : quelque 500 000 morsures et blessures sont attribuées chaque année aux animaux domestiques.

Plus de 70 % des victimes sont blessées par leur propre animal. Les enfants et jeunes adultes sont en première ligne, représentant près de 75 % touchées.

Les chats seraient responsables de 10 à 20 % de ces blessures.

Des chiffres qui ne sont sans doute pas exhaustifs, car bien qu’obligatoire, la déclaration d’un animal mordeur n’est pas systématique. Surtout lorsqu’elle n’entraîne pas de consultation ou d’hospitalisation.

Morsure ou griffure de chat : bien désinfecter la plaie

En cas de morsure ou de griffure par un chat, si celle-ci n’est pas sévère, il est recommandé de nettoyer soigneusement la plaie à l’eau et au savon.

Les blessures infligées par des chats sont dites « sournoises », car leurs dents fines provoquent des lésions qui ne semblent pas profondes, alors que cela n’est pas toujours le cas en réalité.

En cas de blessures nécessitant des soins chez un tiers, c’est l’assurance responsabilité civile du maître (ou de celui qui a en garde la chat) qui prendra en charge les frais.


un commentaire sur “Assurance santé animale : ne pas sous-estimer les griffures de chat”

Laissez votre avis