Assurance santé animale: La prise en charge d’une rupture des ligaments croisés chez le chien

Deux ligaments croisés relient le fémur et le tibia chez le chien. Ils permettent d’assurer la stabilisation de l’articulation du genou. Lors d’une rupture du ligament croisé antérieur, celle-ci sera prise en charge par l’assurance santé animale.

Il existe deux ligaments croisés chez le chien rattachés d’une part au tibia et de l’autre au fémur. Situés au niveau du genou, leur rôle est de permettre notamment d’assurer la stabilité articulaire. Il y a un ligament croisé antérieur (c’est celui qui fait le plus l’objet d’une rupture chez le chien) et l’autre postérieur. Une rupture peut survenir chez ce dernier dans le cas d’un fort traumatisme.

Sédentarité, obésité, faux mouvements ou fragilité des articulation peuvent conduire à une rupture des ligaments croisés chez le chien. Mais une détérioration progressive de l’articulation peut aussi en être la cause de l’accident. Toute rupture de ligament ne résulte donc pas systématiquement d’un traumatisme.

Tout ce qui fragilise les articulations, favorise l’apparition d’une rupture de ligament. Compte tenu des causes possibles, les chiens de tout âge sont donc concernés.

Plusieurs examens possibles

Une boiterie (avec dans certains cas l’impossibilité de poser la patte au sol) est un symptôme que le maître pourra remarquer. Si ce trouble perdure, il est important de consulter rapidement. Cela permet une bonne prise en charge par le vétérinaire et son équipe, évitant une aggravation (arthrose).

En consultation, le vétérinaire manipule dans un premier temps le chien. Il va rechercher ce que l’on appelle dans le jargon vétérinaire le « signe du tiroir » (placement du tibia par rapport au fémur). Une anesthésie peut être rendue nécessaire chez certains chiens. Pour affiner son diagnostic, le vétérinaire dispose de plusieurs outils : IRM, échographie, radiographie, examen arthroscopique.

Lorsqu’une intervention chirurgicale est proposée, différentes méthodes peuvent être utilisées, soit en fortifiant les ligaments, soit en les remplaçant. Consultation, examen(s), intervention, traitement ou suivis sont remboursés par l’assurance santé animale (mutuelle pour chien) à hauteur de la formule choisie par le maître.

Repos forcé

A l’issue de l’intervention, le chien doit être mis au repos le temps de la cicatrisation. Il ne faut pas qu’il fournisse d’efforts (sauts, course…). Cela est indispensable à une bonne guérison et récupération qui durera un mois environ.

Un traitement anti-inflammatoire permet d’atténuer la douleur. Bien entendu, il est impossible de se passer des sorties hygiéniques. Mais celles-ci s’effectueront en laisse afin d’éviter les risques « d’emballement ». petit à petit, la durée sera augmentée et le chien pourra retrouver une vie tout à fait normale. Un suivi vétérinaire sera mis en place, voire un régime si le chien souffre d’obésité.


Laissez votre avis