Assurance santé animale : protéger le chien et chat des dangers du jardin

Le jardinage compte parmi les passe-temps favoris des Français. Outils et produits pour les plantations et lutte contre les nuisibles représentent un danger potentiel pour les chiens et chats ayant accès au jardin.

Tous les outils de jardinage pointus ou coupants doivent être mis hors de portée des animaux domestiques. Une petite plaie pourra être soignée par le maître lui-même. Dès lors qu’elle est superficielle.

Soigner soi-même les petites plaies

La trousse de soins pour les petites blessures peut être confectionnée à l’avance. Les produits (et accessoires) qui la composent peuvent être achetés à l’aide du forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurances santé animale pour les maîtres ayant souscrit ce type de mutuelle pour leur chien ou chat.

Des produits à placer hors d’accès

En dehors des ustensiles, ce sont des produits utilisés au jardin dont il faut se méfier : engrais, fertilisants, pesticides, fongicides (comme la bouillie bordelaise, par exemple), anti-mousse… Mais aussi tous les produits contre les nuisibles. Particulièrement ceux destinés à lutter contre les rats (de loin les produits les plus dangereux pour les animaux domestiques), les souris, les limaces et les fourmis. Les endroits où ils sont stockés, mais aussi utilisés et répandus doivent également être rendus inaccessibles.

Les centres d’appel antipoison vétérinaires reçoivent chaque année des centaines d’appels de la part de maîtres dont l’animal à ingérer a priori un produit toxique de la sorte.

Aider le vétérinaire dans son diagnostic

Lorsque le maître prend l’animal sur le fait, il est recommandé de consulter en emportant chez le vétérinaire tout ce qui sera susceptible de lui permettre de connaître le produit en cause (ou un morceau de plante).
Les urgences sont prises en charge par l’assurance santé animale. Face à des symptômes comme vomissements, diarrhée, convulsion, salivation excessive… et dans le doute, il faut se rendre sans attendre en consultation. Sans chercher à faire boire ni vomir l’animal, ce qui peut aggraver son cas. Un appel au cabinet vétérinaire ou à la clinique permet d’obtenir les premières consignes à suivre avant le transport de l’animal.

Se méfier des plantes et produits toxiques

Concernant les plantes toxiques, et suivant la nature curieuse dont peut faire preuve un chien ou un chat, mieux vaut leur en limiter l’accès.
L’hortensia, la digitale, le buis, le rhododendron, le troène, le pommier d’amour, le laurier cerise, le ricin… font partie des plantes toxiques. Pour certaines, ce sont les fleurs, pour d’autres les feuilles ou les tiges, voire toutes les parties de la plante qui se révèlent toxiques… à plus ou moins forte dose.
Tous les chiens et chats ne sont pas systématiquement tentés d’aller ingérer un produit toxique. Ni même une plante. Mais, pour l’un comme pour l’autre, mieux vaut jouer la carte de la prudence.
Enfin, en été, c’est du barbecue dont il faut se méfier. Le risque de brûlure constitue un motif fréquent de consultation. Tout comme l’ingestion de l’allume-barbecue, un produit dont le goût sucré est particulièrement appètent pour les animaux domestiques. Et qu’il faut donc de mettre hors de leur portée.


Laissez votre avis