Assurance santé animale : Un marché qui défie la crise

Les nombre des offres de contrats d’assurance santé animale (mutuelle chien/chat) ne cesse d’augmenter en France. Un secteur en pleine évolution et pour lequel on prévoit encore de beaux jours à venir.

Paradoxalement, même si la France se place en tête des pays européens en terme de taux de possession de chiens (la population féline devançant d’années en années la population canine), seuls 4 % des maitres souscrivent ce type de contrats.

Très nombreux sont encore les propriétaires d’animaux à ne pas connaître ou soupçonner l’existence de ce type de couverture, alors qu’ils se tiennent souvent au fait des dernières nouveautés et tendances en matière d’accessoires pour leurs compagnons. S’il n’existe pas de statistique à ce sujet, on estime entre 70 et 90 % le nombre des maîtres ignorant l’existence de l’assurance santé animale.

Même en période de crise, les propriétaires d’animaux de compagnie sont de plus sensibilisés à la notion de soin chez leurs compagnons. Ainsi, le nombre d’offres d’assurances santé animale ne cesse de croître. Dans son édition de juillet 2012 (n° 127), le magazine Que Choir Argent avait passé à la loupe pas moins de 39 contrats émanant de sociétés différentes.

Le marché de l’assurance santé animale est somme toute relativement récent. A l’origine, ce sont les compagnies d’assurance « traditionnelles » qui se sont engouffrées les premières sur ce créneau, avec plus ou moins de succès à l’époque. Ensuite, des sociétés spécialisées uniquement dans ce type de service et de produits sont apparues. Gage de sérieux et de qualité, elles demeurent toutefois minoritaires de nos jours. Depuis, les compagnies d’assurance ont réinvesti le terrain, mais aussi les banques et d’autres nouveaux intervenants comme les grandes surfaces notamment.

Internet booste les offres

Internet est sans nul doute l’un des facteurs qui a contribué à booster l’offre sur le marché. Comparateurs d’assurances, devis en ligne, traitements personnalisés et suivi des remboursements sont désormais possibles sur la toile.

Chez les propriétaires, d’une manière générale, on reste encore septique sur l’utilité de souscrire ce type de contrat. Certains soutenant que le fait d’économiser chaque mois permettrait de faire face en cas de problème. Un calcul qui ne fait pas toujours ses preuves.

Tout se joue au cas par cas. Chiens et chats ne sont pas égaux face à la maladie. Il est des races de chiens plus fragiles que d’autres. Le chat, animal souvent donné par un tiers ou adopté en refuge, est moins assuré que le chien d’une manière générale. C’est ce qui a incité à la création de tarifs qui sont fonction des races et des types d’animaux, permettant aux maîtres de choisir l’offre la mieux adaptée.

La fragilité de certains chiens de race est aussi une mise en garde que ne dissimulent pas les éleveurs sérieux aux futurs acquéreurs. Autre relais : celui des vétérinaires, qui n’ont toutefois pas le droit de vendre de l’assurance santé animale d’un point de vue déontologique.

« D’une manière générale, les opérateurs doivent créer de véritables partenariats avec les vétérinaires, principal relais de communication avec les propriétaires d’animaux », analysait il y a quelque temps déjà le groupe Xerfi, spécialisé en études économiques sectorielles. « Ainsi, l’avenir des assureurs passe irrémédiablement par une meilleure information des praticiens. »

100M d’euros à l’horizon 2015

Selon les experts de Xerfi, les marchés de niche – sans jeu de mot – dont fait partie l’assurance santé animale « génèreront 2,5Mds d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2015 ».

Rien que pour l’assurance santé animale, Xerfi table sur un dépassement de 100M d’euros à l’horizon 2015. Cela notamment du fait de la croissance de la population canine et féline en France, mais aussi l’allongement de leur espérance de vie, sans oublier l’évolution de leur statut de membre de la famille à part entière. Un statut qui n’est pas récent, mais qui a pris effectivement de l’ampleur.

« Dans un marché d’offre où l’innovation est l’un des principaux facteurs clefs de succès, la capacité des assureurs à proposer des produits adaptés aux attentes des clients est déterminante pour remporter de nouveaux contrats », estiment encore les experts de Xerfi.

Certains acteurs de l’assurance santé animale n’ont pas attendu pour innover et ajuster sans cesse leurs offres. Cela est passé par la création, pour certains, d’un forfait prévention inclus dans certaines de leurs formules d’assurance santé chien et chat, entre autres. Les NAC (nouveaux animaux de compagnie) ont également désormais leurs offres dédiées, même si les compagnies centrent toujours leur attention sur les chiens et chats en premier lieu.

D’autres nouveautés sont sur le point d’apparaître en 2013. Elles viendront de toute évidence « bousculer » les codes établis dans le secteur de la santé animale afin, pour les acteurs, de se démarquer.

Tout cela crée finalement une saine concurrence pour les futurs souscripteurs de ce type de contrat dès lors… qu’ils se donnent la peine d’étudier les offres (franchise, plafond avec une certitude de constante avec l’ancienneté, exclusions, limites d’âge, etc.) pour trouver le contrat leur permettant d’accéder aux meilleurs soins possibles pour leurs compagnons.


Laissez votre avis