Assurance santé animale : une couverture en France et à l’étranger

Une bonne assurance santé animale doit non seulement permettre un remboursement des frais vétérinaires en cas d’accident et/ou de maladie. Mais la prise en charge doit aussi être valide, tant en France, que lors de déplacements à l’étranger.

Une assurance santé animale doit permettre d’envisager de partir sereinement à l’étranger avec son compagnon, chien, chat ou NAC.

Dès lors, tout comme en France, l’animal sera couvert en cas d’accident et/ou de maladie. Et les frais vétérinaires seront remboursés à hauteur de la formule souscrite par le maître. Ce dernier aura, à l’étranger aussi, le choix de son vétérinaire.

Il existe des assurance santé animale offrant une prise en charge lors d’un déplacement hors de nos frontières jusqu’à trois mois. Donc, cela convient tout à fait pour des vacances ou un cours séjour.

Prévoir la trousse de soins de son animal

Avant le départ, le forfait prévention contenu dans des formules d’assurance santé animale, le cas échéant, permettra de financer les frais supplémentaires imposés lors du choix de certaines destinations. Comme la vaccination contre la rage, qui n’est valide qu’après 21 jours suivant l’injection. Le passeport européen du chien, chat ou furet sera le seul document officiel attestant de la validité de cette vaccination. Il est établi par le vétérinaire.

D’autres vaccins pourront être recommandés. Comme par exemple celui contre la leishmaniose canine. Tout comme au sud de la France, cette maladie grave transmise par un insecte se concentre autour du bassin méditerranéen (Espagne, Portugal, Grèce, Italie).

Le forfait prévention permettra également d’acheter chez le vétérinaire tous produits à placer dans la trousse de soins et d’entretien de son animal (antiparasitaires, vermifuges, shampoing, lotions pour les yeux, dents et les oreilles, etc.).

Tatoué ou identifié par puce électronique ?

La puce électronique est désormais le moyen d’identification le plus courant. Et qui est réclamé dans la plupart des cas pour se rendre à l’étranger. Toutefois, comme le Royaume-Uni par exemple, l’identification par tatouage au démographe peut être acceptée dès lors qu’elle a été pratiquée avant le 3 juillet 2011, et sous réserve qu’elle soit lisible.

Se renseigner bien avant le départ

Si le Royaume-Uni a « assoupli » les conditions d’entrée des animaux sur son territoire, seuls la vaccination antirabique et l’identification ne suffisent pas. En effet, un traitement contre les Ténias (Echinococcus multilocularis) doit avoir été administré au minimum 24 h et au maximum 5 jours avant l’entrée sur le territoire du Royaume-Uni, par un vétérinaire qui mentionne le traitement dans le passeport de l’animal.

Aussi, pour tout déplacement avec son animal de compagnie, il est essentiel de bien se renseigner au préalable sur les conditions d’admission. Mais aussi de retour sur le territoire, suivant l’endroit où l’on se rend !

En fonction du mode de transport choisi (voiture, train, avion, bateau…), il sera également important de s’assurer sur les règlements en vigueur. Chaque compagnie de transport dispose généralement de son propre règlement en la matière. Toute information peut être obtenue auprès de l’agence de voyage par laquelle le déplacement est organisé – si tel est le cas. Ou bien auprès de son vétérinaire ou ambassade de lieu de destination lorsque que l’on voyage par ses propres moyens.

En ce qui concerne les chiens dits dangereux tels que définis par la loi de janvier 99, tous ne sont pas acceptés par certaines compagnies aériennes, tant en cabine qu’en soute. Dans ce cas aussi, toutes les informations et la certitude de pouvoir embarquer sont à prendre avant le départ.

Enfin, pour prévenir tout problème lié au mal des transports, le vétérinaire traitant de l’animal pourra également conseiller le maître sur les traitements disponibles.


Laissez votre avis