Chiens, chats, attention aux dangers du printemps

Les beaux jours reviennent… les puces et autres parasites aussi. Attention donc à certains dangers propres au printemps.

Bien qu’elles n’aient pas totalement disparu durant l’hiver, le printemps marque le retour des puces. C’est à cette saison, avec l’automne, qu’elles sont en plus grand nombre.

Lutter contre les parasites externes

La régularité d’un bon traitement antiparasitaire, luttant contre les puces mais aussi les tiques et autres parasites externes, doit être une règle à suivre.

Le vétérinaire vous conseille sur le plus adapté et le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale peut permettre le financement de l’achat de ces produits, qu’il faut toujours avoir d’avance.

Les allergies saisonnières

Qui dit printemps, dit également allergies, au pollen notamment. Les animaux n’y sont pas insensibles.

Un œil rouge, un écoulement (ou niveau des yeux ou de la truffe), des éternuements, grattages ou léchages excessifs doivent inciter à consulter. Tout d’abord, le vétérinaire en posant son diagnostic élimine toute autre cause possible (allergie alimentaire, de contact, mais aussi par réaction aux piqûres de puces, certains chiens et chats y étant sensibles). Ensuite, il traite les désagréments causés, voire procède à une désensibilisation.

Quel que soit le type d’allergie, elle sera prise en charge et remboursée par l’assurance santé du chien, du chat.

Au printemps, il faut par ailleurs s’assurer de l’absence de chenilles processionnaires ou de chenilles du chêne. Même leurs nids vides peuvent contenir des poils au pouvoir urticant. En cas de contact rapproché, cela constitue une véritable urgence vétérinaire et il ne faut pas perdre une minute pour aller consulter.

Saison à risques

Le printemps est aussi la saison où l’on remet le jardin en “ordre”…  Attention donc aux engrais, responsables de nombreuses intoxications chaque année. Les produits pour faciliter l’allumage du barbecue, à cause de leur goût appètent (sucré), est à mettre hors de portée des animaux. Cela est valable également pour les outils de jardins parmi lesquels les plus pointus et/ou coupants.

L’inspection de la clôture du jardin, le cas échéant, doit être minutieuse afin de prévenir toute fugue. Et il ne faut pas sous-estimer non plus, malheureusement, le risque lors de la remise en fonctionnement des piscines.

Quand le danger vient de l’intérieur

Les chats qui n’ont que peu ou pas accès à l’extérieur et ne sont pas à l’abri des dangers domestiques.

Avec le printemps, on réouvre également fenêtres (attention à celles oscillo-battantes) et balcons. Les chutes occasionnent une recrudescence des consultations vétérinaires. Il existe en option à certaines formules d’assurance, une couverture pour les risques liés aux chutes chez les chats dits « d’intérieur ».


Laissez votre avis