Assurance santé animale : dépister précocement la dysplasie de la hanche chez le chien

Dès l’âge de 3 mois environ, il est possible de détecter une laxité des articulations chez le chien. Ce dépistage précoce permet de prendre en charge la dysplasie qui risque d’en découler. Une maladie handicapante pour le chien qui en souffre et que peut prendre en charge l’assurance santé animale.

Une laxité anormale de l’articulation de la hanche est à l’origine de la dysplasie de la hanche chez le chien. Si tous peuvent être concernés par cette maladie d’origine héréditaire, ce sont les chiens de grande race qui sont les plus touchés. L’usure des cartilages articulaires entraîne de sévères douleurs.

De nombreux facteurs peuvent également peuvent aggraver cette pathologie voire influencer son apparition : une alimentation de mauvaise qualité, mais surtout des exercices inadaptés, trop brutaux, notamment en période de croissance.

Le vétérinaire pourra conseiller le maître sur le plan alimentaire à respecter, celui-ci pouvant faire l’objet d’une complémentation.

Les premiers signes de la dysplasie de la hanche peuvent apparaître dès l’âge de 3 mois environ chez le chiot. Mais les symptômes peuvent aussi bien passer inaperçus.

Un chien souffrant de dysplasie peut, face à la douleur, se montrer agressif, même si cela n’est pas dans sa nature. Toute manipulation est alors parfois hasardeuse. Ce qui complique d’autant plus la relation entre le maître et son compagnon.

La radiographie est l’outil diagnostic de choix pour le vétérinaire. Les futurs maîtres ont tout intérêt, en vue d’acquérir un chiot, de demander la radiographie des hanches des géniteurs (parents du chiot).

L’intérêt d’un dépistage le plus tôt possible

Mais inciter les maîtres à prendre conscience d’un dépistage précoce est tout aussi important.

Il est démontré qu’un dépistage effectué le plus tôt possible peut augmenter significativement le bien-être des chiens atteints.

Le dépistage précoce de l’hyperlaxité ligamentaire est déterminant dans la prise en charge de la dysplasie coxo-fémorale.

Aujourd’hui, il existe une prise en charge par l’assurance santé animale de la dysplasie de la hanche.

Certaines formules, souscrites avant les 5 mois du chiot, et sous condition de faire réaliser un dépistage avant 18 semaines par mesure de ce que l’on appelle l’indice de distraction, permettront aux maîtres en fonction des résultats de ce contrôle la mise en place d’un traitement médical ou chirurgical en concertation avec le vétérinaire.

Stériliser le chien pour éviter la transmission

Afin de limiter les risques de transmission de la maladie à une éventuelle descendance, la stérilisation du chien est vivement recommandée. La décision restera à la discrétion du vétérinaire et à la charge du maître. Ce dernier pourra tout à fait utiliser le forfait prévention afin de financer cet acte.


Laissez votre avis