La prise en charge de l’obésité chez les chiens et les chats

L’obésité, de plus en plus constatée chez les chiens et chats, est une maladie qu’il convient de prévenir pour préserver le bien-être du chien ou du chat.

Surpoids et obésité, quelle différence ? L’obésité commence en moyenne lorsque le poids de l’animal dépasse de 20% de celui idéal pour sa conformation. Mais tout comme l’obésité, le surpoids ne doit pas être négligé pour la bonne santé du chien ou du chat.

Il est démontré que l’obésité, qui touche de plus en plus les chiens et les chats, diminue significativement l’espérance de leur vie. Outre l’aspect purement esthétique, l’obésité peut avoir des conséquences sur l’état de santé général et concerner de nombreux organes et fonctions.

Les animaux, qui font désormais partie de la famille à part entière, sont parfois mal nourris : restes de table, friandises inappropriées ou rations trop importantes.

Un animal plus « gros » n’est pas un animal plus fort. Bien au contraire. Et l’état général de sa santé peut largement en pâtir.

Retrouver le poids de forme

Chaque animal a un poids dit de forme (poids idéal). Tout peut être mis en œuvre pour qu’il le retrouve. Une des conditions sine qua none de réussite est que tout l’entourage du chien ou du chat joue le jeu et respecte les règles.

Le point de départ d’un régime mis en place avec la complicité du maître et sur les conseils du vétérinaire est le poids à atteindre. Le praticien déterminera en premier lieu que l’obésité n’est pas consécutive à une maladie ou à la suite encore d’une stérilisation, ce qui peut aussi être le cas.

Un régime peut être long avant d’en constater les premiers effets, mais en règle générale, les résultats sont payants. Certains chiens et chats ont perdu considérablement et leur mode vie, de l’aveu même de leurs propriétaires, s’en est vu nettement amélioré.

Un régime financé par l’assurance santé animale

Le vétérinaire définira les besoins énergétiques de votre animal. Il pourra vous conseillé un aliment spécialement conçu, sous forme de croquettes, qui rendent le dosage des rations plus facile. Le financement d’une partie de l’achat d’aliments dits thérapeutiques peut être pris en charge par certaines formules d’assurance santé animale (mutuelle chien et mutuelle chat).

Tout apport extérieur devra entrer dans la ration journalière, même s’il s’agit de friandises hypoénergétiques.

Maigrir est une chose. L’essentiel est ensuite que l’animal ne reprenne pas de poids. On connaît les méfaits des régimes dits « yo-yo ».

En parallèle du régime, de l’exercice pourra être prescrit. Des balades plus longues, en fonction de la nature de l’animal, des parties de jeu, des baignades, etc.


Laissez votre avis