L’importance du vétérinaire pour l’achat d’antiparasitaires

Il convient de suivre les recommandations du vétérinaire lors de la prise d’antiparasitaires contenant de la perméthrine que l’on trouve entre autres dans les antiparasitaires pour chiens peuvent se révéler très toxiques pour le chat.

Protéger chiens et chats contre les parasites

Lutter contre les parasites (puces, tiques, moustiques…) est essentiel pour protéger chiens et chats.

Certains parasites véhiculent des maladies et les piqûres de parasites peuvent aussi être à l’origine de réactions chez les animaux sensibles ou présentant une allergie.

Aujourd’hui, que ce soit en grande surface ou bien sur Internet, il est facile d’acheter des antiparasitaires.

Les conseils et l’expertise du vétérinaire

Cependant, rien ne remplace, pour une bonne utilisation et surtout pour éviter tout risque d’intoxication, les conseils de son vétérinaire. Le professionnel de santé animal demande généralement si le chien, en vue de lui prescrire un antiparasitaire, vit aux côtés d’un chat. Cela n’est pas anodin.

En effet, un antiparasitaire dont la composition contiendrait une substance insecticide comme la permétrhine (elle est contenue dans des pipettes, spray ou aussi des shampoings), pourrait représenter dans ce cas un risque pour le chat côtoyant le chien. Par léchage, par exemple, ou bien s’ils dorment l’un à côté de l’autre.

Le vétérinaire conseille alors d’autres produits qui permettent de protéger correctement les animaux sans danger pour leur santé.

Par ailleurs, les maîtres disposant d’une assurance santé animale (mutuelle chien, mutuelle chat) incluant un forfait prévention, pourront utiliser ce dernier pour financer l’achat des antiparasitaires chez un vétérinaire. Une somme qui est renouvelée chaque année.

Un logo pour alerter les maîtres

L’agence nationale du médicament vétérinaire a fait en sorte que l’emballage des produits antiparasitaires contenant de la perméthrine disposent d’un logo représentant un chat barré pour mettre en garde les maîtres.

Malgré cela, on déplore chaque année de nombreux accidents. Le chiffre de quelque 700 chats affectés en 2006 (dont 60 décès) sont rapportés.

L’intoxication par la perméthrine chez le chat peut provoquer divers symptômes : troubles gastriques, convulsions, etc. et impose alors une consultation en urgence, prise en charge et remboursée par la mutuelle animaux.

Attention aux barrages anti-insectes

D’autres produits sont aussi à utiliser avec beaucoup de précautions. Ceux communément appelés barrage ou barrière anti-insectes et que l’on présente souvent comme inoffensifs et renferment de la perméthrine.

Ils n’ont donc rien de naturel et leur utilisation peut s’avérer dangereuse chez le chat. Cela alors même que l’on conseille d’en vaporiser sur les endroits de couchage des animaux.


Laissez votre avis