Prévention : bien protéger pour rembourser

Dans le cas de certaines maladies dont peuvent être victimes les chiens et chats, toute forme de prévention doit être effective afin de pouvoir prétendre à un remboursement en cas de problème.

Certaines maladies ne préviennent pas. Tout comme les accidents, cela fait partie des imprévus.

Utiliser la prévention existante

Mais pour certaines pathologies, des mesures préventives existent. On pourrait ainsi citer le cas des vaccins. Mais aussi des antiparasitaires.

Ainsi, si un chien ou un chat venait à développer une maladie imputable à un parasite externe alors que préventivement il n’était pas traité pour lutter contre, cela pourrait conduire à un non-remboursement.

Chiens et chats peuvent être infestés par les puces. Certains, plus sensibles que d’autres sont d’ailleurs allergiques à leurs piqûre. Pour éviter au maximum ce risque d’allergie, mais aussi toute infestation, il existe de nombreux traitements.

Lutter contre les parasites

Les antiparasitaires doivent être utilisés selon la prescription et les recommandations du vétérinaire. En effet, certains utilisés chez le chien peuvent se révéler nocif pour le chat. Le vétérinaire demande d’ailleurs souvent si, par exemple, en vue de traiter un chien, l’animal vit seul ou bien cohabite avec d’autres au sein du foyer.

L’achat des antiparasitaires peut être financé grâce au forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale (mutuelle chien, mutuelle chat).

Parmi les armes disponibles pour lutter contre les puces (mais également les tiques voire les moustiques), il existe des pipettes. Encore appelées spot-on, leur dosage dépend du gabarit de l’animal. Leur contenu sera reparti en un point (entre les omoplates afin que l’animal ne puisse pas se lécher) ou bien encore plusieurs points, de la base du cou à la base de la queue.

Pour un effet optimal

Pour une bonne application, il convient de bien écarter les poils, l’idéal étant d’apercevoir la peau. Placer l’embout de la pipette directement sur celle-ci et presser afin d’en déverser le contenu. Répétez l’opération si besoin sur les autres endroits.

Bien que certains antiparasitaires soient résistants à l’eau, il est recommandé de ne pas laver le chien afin qu’il se soit pas mouillé juste avant l’application et quelques jours après (un shampoing pourra être effectué en moyenne 48 heures après l’application de la pipette).

Si l’animal vient à se baigner ou bien à être mouillé (par la pluie par exemple) de manière trop fréquente, il pourra être indiqué de le traiter de nouveau. Là aussi, le vétérinaire vous conseillera.


Laissez votre avis