Santé animale : l’alimentation du chien en hiver

 Certaines races de chiens sont faites pour vivre à l’extérieur. D’autres chiens sportifs ou ceux d’utilité sont également amenés à passer du temps dehors et affronter les intempéries. Une adaptation de l’alimentation peut être nécessaire. En se référant aux conseils du vétérinaire si besoin.

Les chiens font désormais partie de la famille et sont considérés comme membres à part entière.

« Chouchoutés », ils sont un grand nombre à vivre à l’intérieur (maison ou appartement). Parfois même dans des ambiances surchauffées. Ce qui implique de prendre quelques précautions lors des sorties afin d’éviter les fortes différences thermiques. Comme avec le port d’un manteau pour chien par exemple. Un conseil valable aussi pour les chiens âgés ou convalescents, les jeunes chiots, ou les chiennes gestantes/allaitantes.

Il faudra aussi brosser ces chiens « d’intérieur » régulièrement (notamment en fonction de la nature de leur poil), le chauffage ambiant pouvant contribuer à la chute du poil. Et également à veiller qu’avec le manque d’exercice dû à la saison hivernale ils ne souffrent pas d’embonpoint.

Un habitat confortable et entretenu

À côté de ces chiens, il y a ceux appartenant à des races faites pour vivre en extérieur (chiens de bergs, chiens de type nordique, etc.).

Pour eux, il faut aménager une niche confortable, à l’abri du froid et des courants d’air, même s’ils sont taillés pour supporter les basses températures.

Une attention devra être apportée à l’hygiène de l’habitat du chien vivant en extérieur : nettoyage, vérification de l’absence de parasites…

Pour ces chiens, comme pour ceux pratiquant régulièrement une activité sportive même en hiver, ou encore les chiens dits d’utilisation, il peut être nécessaire d’adapter la ration alimentaire.

Aider l’organisme à lutter contre le froid

Celle-ci sera, en fonction des chiens, de leur mode de vie et de leur activité, augmentée de l’ordre de 10 à 20%.

Cela permettra aux chiens sportifs de maintenir leurs performances (un aliment spécifique peut être en outre conseillé) et, de manière générale pour tous les chiens vivant l’hiver dehors, de disposer de suffisamment d’énergie pour que l’organisme résiste au froid.

Toute modification de la dose journalière voire l’apport de certaines vitamines ou compléments alimentaires pourra se faire sur les recommandations du vétérinaire en cas de doute. Car le risque est alors de créer des excès ou des carences.

Les compléments alimentaires et/ou vitamines spécifiques – ils sont parfois également préconisés chez les chiots, chiens âgés, malades ou aux petites races – peuvent être achetés chez le vétérinaire en utilisant le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale si le maître a souscrit à ce type de mutuelle pour chien.


Laissez votre avis