50.000 chômeurs radiés illégitimement par Pôle Emploi, tactique ou simple erreur ?

Les très flatteurs derniers chiffres du chômage, révélés la semaine dernière par Pôle Emploi, étaient en réalité faux. En dépit des accusations, le scandale de la radiation injustifiée de 50.000 chômeurs ne proviendrait pas d’une tactique malsaine mais d’un bug informatique de la part de SFR.

Coup d’éclat la semaine dernière, le chômage en août aurait reculé de 1,5%, soit 50.000 chômeurs de moins. Belle progression. Ou du moins, cette tendance à la baisse aurait-elle donné de l’espoir si elle n’avait pas en fait révélé une grossière erreur informatique

Radiations massives

Le mois dernier, des milliers de chômeurs ont été littéralement effacés des registres de Pôle Emploi. Pour la majeure partie, cela provenait du fait qu’ils ne s’étaient pas réactualisés à temps. En effet, chaque début de mois, les demandeurs d’emploi doivent remplir un formulaire en ligne pour informer de l’évolution de leur situation professionnelle et débloquer ainsi l’allocation chômage. S’ils loupent ou oublient cette étape, ils sont automatiquement radiés et peuvent faire une croix sur leurs indemnités. En tout, chiffre surprenant, 277.500 chômeurs ont été désinscrits, alors qu’habituellement seulement 150.000 voire 200.000 sont radiés chaque mois pour ce motif.

Un énorme bug de la part de SFR

277.500 chômeurs auraient donc été si négligents ? Telle est la question que se sont posés de nombreux médias, surpris par ce chiffre insolite. Leurs recherches ont permis de découvrir le fin mot de l’affaire. Les radiations proviendraient en fait d’un “simple” bug informatique chez SFR. L’opérateur de téléphonie mobile s’occupe, pour le compte de Pôle Emploi, de la relance automatique par SMS ou par appel vocal pour prévenir les millions de chômeurs que la période de leur réactualisation est venue. Un dysfonctionnement aurait donc fait sauté le système, qui n’a pas assuré son rôle “d’alarme”.

Pôle Emploi a directement adressé son mea culpa indiquant que l’agence déplorait “cet incident” et qu’elle présentait “ses excuses aux demandeurs d’emploi concernés” et qu’elle s’assurerait “que cet incident n’ait pas de conséquences pour eux notamment quant à leur indemnisation”.


3 commentaires sur

Laissez votre avis