Cyclisme / Dopage : Armstrong échappe aux 3M de dollars exigés par sa compagnie d’assurance

Le litige financier qui opposait Lance Armstrong à sa compagnie d’assurance arrive enfin à son terme. Selon une information dévoilée par le journal américain USA Today, le coureur cycliste aurait conclu un accord avec Acceptance Insurance.

L’affaire a été “résolue d’un commun accord entre les parties”, a révélé l’avocat d’Armstrong à la presse, sans divulguer les contours de l’arrangement. Il est toutefois à supposer que le coureur soit parvenu à échapper à sa dette colossale envers la compagnie d’assurance du Nebraska, et ait également réussi à éviter de témoigner sous serment.

L’organisme, qui menait une véritable vendetta juridique contre le coureur cycliste, cherchait à savoir qui avait financé les produits dopants, qui avait arrêté le choix des drogues et leur dosage, qui était mouillé dans ce scandale d’envergure.“Cela lui permet d’éviter de faire ce qu’il craint le plus, témoigner sous serment. Il n’a jamais répondu vraiment aux questions. Il les a toujours évitées” a directement déclaré Betsy Andreu, la femme d’un des anciens coéquipiers d’Armstrong

Enfin, au delà de l’aspect administratif, Acceptance Insurance exigeait 3M de dollars de réparations, équivalents aux primes de victoires versées pour les tours de France gagnés en 1999, 2000 et 2001.

Armstrong, pas encore tiré d’affaire

En dépit de cet accord signé, Lance Armstrong n’est pas encore totalement tiré d’affaire. Le pire pourrait même être à venir. L’Agence américaine antidopage (Usada) persiste et cherche à faire la lumière autour de ce qu’elle appelle le “programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l’histoire du sport”. Tel que l’écrit l’Équipe dans ses colonnes, “des zones d’ombre persistent sur le système de dopage à l’US Postal : quelle était la vraie ampleur du dopage ? Quelle était la responsabilité du manager Johan Bruyneel ? Quel a été le rôle des dirigeants de la Fédération internationale ?” Quelques soient les vérités sur lesquelles l’enquête aboutira, Lance Armstrong ne pourra plus exercer de sport à haut niveau, l’USADA l’a radié à vie.

Par ailleurs, autre problème financier, le coureur cycliste est tombé sous le coup d’une nouvelle plainte en février dernier, émise cette fois par la compagnie d’assurances SCA Promotions. A son tour, l’organisme veut obtenir le remboursement de plus de 12M de dollars de primes de victoires versées.


Laissez votre avis