Schumacher / Ski : Aucune assurance ne devrait indemniser le pilote

En coma artificiel depuis maintenant 12 jours, Michael Schumacher reste hospitalisé au CHU de Grenoble. En dépit de son état critique, la particularité de son accident de ski ne devrait lui apporter aucune indemnisation de la part des assurances.

Le grave accident de ski du pilote de formule 1 Michael Schumacher n’a échappé a aucun français. Depuis le 29 décembre dernier, plus rien n’arrête la déferlante médiatique, apparemment loin de s’essouffler. Que l’intérêt journalistique soit issu du lieu de survenance de l’incident (en France, à Méribel dans les Alpes) ou à l’insolite coïncidence de voir un sportif de l’extrême chuter sur un obstacle bénin, chaque jour est une nouvelle pierre apporter à l’édifice Schumacher: “le pilote skiait en hors piste”, “il a aidé une fillette juste avant son accident”,” il allait bien trop vite”, “il portait une caméra sur son casque”…

La responsabilité de la station de ski écartée

Dernier rebondissement en date, les déclarations émises aujourd’hui par Patrick Quincy, procureur d’Albertville chargé de l’enquête. L’homme, et les gendarmes oeuvrant sur l’affaire, ont écarté la responsabilité de la station de ski dans l’accident de Michael Schumacher. Le pilote a en effet choisi de s’aventurer en territoire hors piste de façon “délibérée”, petite bande de neige qui “respectait” les normes de balisage en vigueur, selon les spécialistes.

Exclusion d’assurance

Un nouvel élément qui confirme une évidence que les experts voyaient se dessiner : aucune forme d’assurance ne pourra intervenir dans le cadre du versement d’une éventuelle indemnisation. Un dédommagement qui aurait pu atteindre des sommets. Un féru de sports dangereux se doit en effet de disposer de couvertures à la hauteur des risques encourus. Des polices d’assurance qui ne peuvent cependant pas jouer si elles se confrontent à une exclusion de contrat telle que la pratique du ski en hors piste (aussi exclue des GAV, garantie des accidents de la vie, et des assurances fournies par les cartes bancaires).

Une assurance pour la perte de revenus ou de profession ?

“Si les ayants droit de Michael Schumacher intentaient un recours en expliquant que l’accident a généré une perte de revenus potentiels, ils n’auraient probablement pas gain de cause, la carrière sportive de Michael Schumacher étant terminée (fin en 2012. ndlr). Aux Etats-Unis, cela pourrait peut-être fonctionner, mais pas en Europe”, explique à l’AFP Jean-François Rebut, Directeur Adjoint du Département Sports & Evénements chez le courtier Gras Savoye.

Du côté de l’assurance “perte de profession”, dans le cas où Schumacher en aurait contracté une, sa compagnie d’assurance pourrait alors se retourner contre la station et tenter un recours pour être dédommagé. “Mais il lui appartiendra d’apporter la preuve d’une négligence”, indique Jean-François Rebut à l’AFP.


Laissez votre avis