Assurance-décès : sachez contourner les pièges

Un contrat d’assurance comporte de nombreuses clauses. Parfois, les dispositions qui y sont prises ne sont pas claires. La situation profite souvent à la compagnie et au détriment du souscripteur. Vous souhaitez contracter une assurance-décès et bénéficier des meilleures garanties? Découvrez comment contourner les pièges

Discernez la différence entre les formules proposées. L’assurance-décès temporaire comporte une date limite de validité. Le bénéficiaire reçoit le capital si l’assuré décède avant cette date. S’il meurt après l’échéance, la couverture est expirée. Le piège : l’assurance n’offre aucune garantie. Dans ce cas, la compagnie garde le capital constitué. Si l’assuré est vivant, ce montant lui est reversé mais sans intérêt. En optant pour une assurance décès permanente, la limite dans le temps est levée. Le bénéficiaire reçoit sa garantie et ce, indépendamment de la date de décès de l’assuré.

Refusez de combiner assurance décès et assurance-vie. Certaines compagnies proposent cette formule et ce, bien entendu à leur avantage. L’assurance-décès est un contrat de prévoyance. Lorsque sa date de validité expire, le bénéficiaire ne reçoit aucune prime. L’assurance vie est un placement financier ou un produit d’épargne. La garantie reste valable et le bénéficiaire reçoit la rente en cas de décès du souscripteur. En combinant ces deux formules, vous payez pour deux garanties. Le piège : vous êtes vivant ou mort, mais pas les deux à la fois. Vos perdez ainsi systématiquement l’une des garanties.

Recensez les risques réellement couverts dans votre contrat. Les garanties pour une assurance-vie varient d’une formule à une autre. Si vous optez pour un contrat basique, la compagnie verse le capital si seulement la mort est accidentelle. Les autres causes comme le suicide ou les métiers à risque ne sont pas valables. Pour contourner ce piège, informez-vous sur ces exclusions. La meilleure option est de choisir un contrat large qui garantit toutes les origines du décès. Dernier conseil : attention au délai de carence, période durant laquelle la garantie n’est pas appliquée en cas de décès.


Laissez votre avis