Assurance retraite/Réforme : Dernière ligne droite pour le gouvernement avant la présentation du texte

La réforme des retraites en est dans sa dernière ligne droite. C’est en effet ce mercredi matin que le ministre du Travail Éric Woerth dévoilera le texte du gouvernement. Un report de l’âge légal semble inéluctable. Trouver de nouveaux moyens de financement sera également impératif pour pérenniser le système par répartition.

Le gouvernement doit trouver au minimum 45Mds d’euros d’ici à 2020 pour rééquilibrer les différents régimes de retraites. Au minimum, car ce chiffre livré par le Conseil d’orientation des retraites (Cor) se fonde sur un taux de chômage à 10 ans de 4,5%, soit deux fois moins élevé qu’aujourd’hui. La bataille pour l’emploi est d’ailleurs l’un des maillons essentiels d’un retour à l’équilibre financier des caisses de retraites. Ces dernières tirent en effet la majeure partie de leurs ressources des cotisation salariales.

Toujours est-il que le recul de l’âge légal de départ à la retraite semble d’ores et déjà acquis. Samedi, le Premier ministre, François Fillon déclarait « qu’il serait lâche de dire aux Français que leur retraites pourraient être assurée sans prolonger la durée d’activité, et sans toucher à l’âge légal et au symbole des 60 ans ». Comme évoqué auparavant, il devrait passer à 62 ans, voire 63 ans à raison d’un trimestre de cotisation supplémentaire par an. Le gouvernement devra alors mettre en œuvre des mesures pour soutenir l’emploi des séniors.

La fin de la retraite à 60 ans ne suffira pourtant pas à elle seule à rééquilibrer les comptes. Le gouvernement doit trouver d’autres sources de financement. L’idée d’une taxe spéciale sur les revenus supérieurs à 11.000 euros avait un temps circulé. Mais elle semble avoir été abandonnée au profit d’une nouvelle tranche de l’impôt sur le revenu, selon les informations du Figaro. Le gouvernement pourrait également envisager d’augmenter les cotisations des fonctionnaires pour les aligner sur celles du secteur privé. La prise en compte de la pénibilité du travail sera, elle aussi, au cœur des attentes des Français, des syndicats et de l’opposition.

Sur ce dossier, l’État marche sur des œufs et doit faire face aux critiques aussi bien dans son camp que dans les rangs de l’opposition. Le Parti socialiste, s’est clairement prononcé contre le report de l’âge légal de la retraite et a présenté il y a quelques semaines son propre projet. Les syndicats ont d’ores et déjà appelé à une nouvelle mobilisation sociale le 24 juin prochain.


Laissez votre avis