Hausse des cotisations retraite de 0,3 points et allongement de la durée d’assurance à 43 ans ?

Contre toute attente, Jean-Marc Ayrault a dévoilé hier soir son projet final pour la réforme des retraites. Les cotisations seront augmentées progressivement de 0,3 points jusqu’en 2017, la durée d’assurance glissera de 41,5/42 ans à 43 ans, et un “compte personnel de prévention de la pénibilité” sera crée en 2015 grâce à un financement des employeurs.

Après autant de semaines et de mois à l’évoquer, personne ne s’attendait à ce que la réforme des retraites soit dévoilée si rapidement. Des sources gouvernementales avait, effectivement, prédit des nouvelles pour cette “semaine, voire la semaine prochaine”, mais une déclaration officielle ce 27 aout au soir, après que Jean-Marc Ayrault ait bouclé ses rencontres avec les organisations syndicales et patronales, semblait totalement improbable. La surprise est donc de taille, et l’est même encore davantage après le discours du Premier ministre. Ou plutôt serait-il plus juste de nommer cet étonnement du mécontentement. Car si l’âge légal de départ à la retraite et la CSG n’ont pas été touchés, les cotisations et la durée d’assurance sont, elles, au cœur des remaniements.

0,3 points de hausse des cotisations jusqu’à 2017

Que les Français se préparent, leurs cotisations retraite sont en passe d’augmenter, conformément aux souhaits des principaux syndicats entendus. La majoration sera progressive: 0,15 points en 2014, et 0,05 en 2015, 2016 et 2017. Ainsi en 4 ans, les cotisations vont s’élever de 0,3 points.

La durée de cotisation s’allonge à 43 ans

Respectant les préconisations du rapport Moreau, la durée de cotisation va également être impactée. Elle va glisser progressivement de 41,5 ans actuellement, à 43 ans. Il faudra désormais travailler plus longtemps, et seuls les Français ayant amorcé jeunes leurs carrières pourront encore compter sur un départ à la retraite entre 60 et 62 ans.

La pénibilité prise en compte

La troisième mesure notable de cette réforme, un rééquilibrage “durable entre les comptes et les injustices”, selon les mots du Premier ministre. La pénibilité sera ainsi considérée à travers la création en 2015 d’un “compte personnel de prévention et de pénibilité, financé par une cotisation des employeurs”. Quels en seront les grands contours et les modalités d’attribution? Il faudra encore attendre quelques jours pour en apprendre davantage sur ce nouveau “fonds”.

En totalité, ce projet de réforme, loin de combler les 20Mds d’euros de déficit des caisses de retraite (prévisions pour la future décennie), devrait rapporter dans 7 ans environ 7,3Mds d’euros. La somme devrait servir à compenser le trou du régime général, estimé à 7,6Mds d’euros pour 2020.


Laissez votre avis