Manuel Valls, trop ambitieux sur la revalorisation des petites retraites ?

Revaloriser les petites retraites pourrait se révéler finalement, pour Manuel Valls, plus épineux qu’envisagé.

Dans une conférence de presse organisée le mardi 29 avril, Gérard Rivière, président de la Caisse national d’assurance vieillesse (Cnav) a qualifié de “très complexe” la volonté du Gouvernement de revaloriser les petites retraites. Le Premier ministre Manuel Valls avaient annoncé le 25 avril dernier que les pensions de moins de 1.200 euros par mois ne seraient pas soumises au gel des retraites proclamé pour un an et demi.

Blocages informatiques

Selon la Cnav, si cette revalorisation des petites retraites (soit approximativement 6,5 millions de seniors sur 15 millions) semble si délicate à mettre en œuvre c’est car il est techniquement difficile de cibler les personnes concernées. Deux options possibles. Dans la première, l’administration fiscale indique aux différentes caisses de retraite quelles pensions doivent être rehaussées. Un procédé qui a le lourd désavantage d’être long à appliquer. Plus d’un an et demi. La seconde possibilité est de se référer au répertoire des échanges inter-régimes de retraites (EIRR) après raccordement des diverses caisses par la Cnav. Un démarche qui prendrait, là encore, un temps non comptabilisé par Manuel Valls.

Selon Pierre Mayeur, directeur de la Cnav, des “évolutions informatiques” sont requises pour relever les petites retraites tout en gardant gelées les autres. Il serait “prématuré de s’engager sur une date de réalisation. Cela ne paraît pas insurmontable, mais ça nécessite un minimum d’études” a-t-il conclu.


Laissez votre avis