Pénibilité au travail : Les égoutiers réclament la retraite à 50 ans

Ils étaient entre 500 et 600 hier, mardi 29 mai, à avoir répondu à l’appel de journée de grève nationale. Portés par la syndicat CGT, les égoutiers ont manifesté dans la capitale et en province afin que soit reconsidérée la pénibilité de leurs tâches quotidiennes. Mécontents de la réforme de 2010, ils réclament un retour en arrière avec un départ à la retraite à 50 ans.

Selon une étude de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) appuyée par le syndicat CGT, l’espérance de vie des égoutiers serait de 17 ans inférieure à celle du reste de la population, 7 ans inférieure également à celle d’un ouvrier. Ces professionnels œuvrant dans le secteur de l’assainissement sont confrontés chaque jour à quantité de produits et substances qui peuvent se révéler à terme néfaste pour la santé : agents polluants, chimiques et parfois radioactifs, hydrocarbures, gaz toxiques… Le tout en progressant au quotidien dans des environnements fétides et rebutants, pour un salaire de 900 à 1 000 euros net par mois.

Pour protester contre ces conditions et réaffirmer leur mécontentement au gouvernement face à la précédente réforme des retraites qui plaçait leur départ à 52 ans, les égoutiers ont débrayé hier, mardi 29 mai. S’ils étaient entre 500 et 600 à s’être rejoints en plein cœur de la capitale, le mouvement a été, selon le représentant de la CGT, également suivi en province.

Le décret de la future réforme des retraites du gouvernement Ayrault devrait voir le jour entre les 10 et 17 juin, en pleine période d’élections législatives.


Laissez votre avis