Réforme des retraites : L’UMR prône un système par points et par répartition

L’UMR (Union Mutualiste Retraite), qui gère la complémentaire retraite Corem pour 90 Mutuelles partenaires, prend position sur la réforme des retraites et prône une reconfiguration profonde du dispositif de retraites, fondée sur la mise en œuvre d’un régime universel par points, par répartition et géré par les partenaires sociaux.

Suite au communiqué du gouvernement sur la réforme des retraites le 16 mai dernier, l’UMR souhaite rétablir un système de retraites juste. Par conséquent, l’union mutualiste propose à court terme, des mesures pour rétablir les équilibres financiers : Le maintient des pensions de retraite versées à leur niveau actuel, l’élargissement de l’assiette des cotisations à la totalité des revenus du travail, une participation supérieure de l’impôt au financement de la solidarité, du minimum vieillesse et de la dépendance, et enfin allongement de la durée de cotisations pour tous, (secteur privé et secteur public, avec maintien de l’âge minimum de départ à la retraite à 60 ans), avec application d’une décote si le nombre d’annuités n’est pas atteint.

Dans un deuxième temps, l’UMR souhaite la création d’un régime universel avec un système de retraites par points, financé par répartition et piloté par les partenaires sociaux. Le financement des retraites serait donc assuré par des cotisations assises sur la totalité des revenus professionnels, converties en points. Le nombre de point acquis chaque année serait égal au montant des cotisations versées divisé par le prix d’achat du point de retraite lequel évolue comme les salaires des cotisants. Le montant de la pension serait égal au produit du nombre de points acquis tout au long de sa vie professionnelle par la valeur du point à la date de la liquidation.

Ce système assurerait donc une très forte corrélation entre les cotisations versées et le montant de la pension perçue. Le régime unique et universel ferait également l’objet d’une gestion paritaire, par les partenaires sociaux, pour en garantir l’impartialité.

L’Union Mutualiste Retraite propose donc un régime unique, (s’appliquant au secteur public comme au privé et à toutes les catégories de travailleur) pérenne, souple et permettant de supprimer les déficits. Les périodes non cotisées peuvent être prises en compte ainsi que les inégalités hommes / femmes, tout comme les années d’études supérieures.

Les mesures d’urgence concernant l’assiette des cotisations sont maintenues dans ce nouveau système afin d’assurer aux futurs retraités un niveau de pension équivalent à celui des retraites d’aujourd’hui. L’impôt contribue au financement de la solidarité nationale: minimum vieillesse (autour de 75% du SMIC), compensation des périodes non cotisées (chômage, maladie, maternité), droits familiaux, mesures compensatoires au profit des femmes, prise en compte de la pénibilité de certains emplois. Le financement est assuré par un élargissement de l’assiette de l’impôt aux revenus du capital ainsi qu’aux retraites elles-mêmes (de manière limitée). D’autres pistes pourraient être explorées: TVA sociale1, augmentation de la CSG, forte réduction des niches sociales et fiscales, CPG (contribution patronale généralisée). Enfin, le régime de base universel est complété par des dispositifs de retraite supplémentaires volontaires, collectifs et individuels.


Laissez votre avis