Retraite : L’âge de départ à taux plein passe à 66 ans !

Un rapport envoyé à Bruxelles par le gouvernement français avoue que, dans le cadre de la réforme, l’âge légal de départ à taux plein passera automatiquement à 66 ans.

En dépit du mécontentement qu’a engendré la réforme 2013 des retraites, les Français n’avaient, jusqu’alors, démontré aucune suspicion face aux annonces du gouvernement. La donne risque de changer ce 2 octobre.

Dans son rapport économique, social et financier transmis à la Commission Européenne, le ministère de l’Économie lève le voile. Bercy y admet que “l’âge effectif de départ à la retraite, qui constitue le critère déterminant au regard de la soutenabilité des finances publiques, devrait mécaniquement augmenter avec l’allongement de la durée de cotisation […] A terme, un assuré qui débute sa carrière à 23 ans (moyenne française.ndlr) ne pourra partir à la retraite au taux plein qu’à partir de 66 ans”.

Jeu de dupe

Le gouvernement a-t-il donc proféré un mensonge éhonté en indiquant lors de la présentation de la réforme que l’âge légal de départ ne bougerait pas ? En soi, non. Ou du moins a-t-il espéré que son jeu de dupe ferait illusion, notamment grâce à la confusion entre âge légal et âge effectif. Pour rappel, l’âge légal correspond, selon la date de naissance, à l’âge où quelqu’un peut partir en retraite de plein droit. Il est aujourd’hui fixé à 62 ans pour les personnes nées après 1966. Mais attention, sans la durée de cotisation exigée (166 trimestres ou 42 ans avant application de la réforme 2013), la personne verra sa pension de retraite réduite en conséquence. L’âge effectif, à la différence, est l’âge butoir auquel un Français peut partir en obtenant le taux plein automatique. Nul besoin d’avoir la durée de cotisation nécessaire, la pension de retraite versée atteindra le maximum auquel il peut prétendre.

Un constat pourtant prévisible

Le gouvernement a répété à maintes reprises que l’âge légal de départ ne changerait pas, mais il ne s’est jamais exprimé sur l’âge effectif. Et pourtant, les actifs, associations, experts, médias et la France entière auraient du voir le coup venir. En toute logique, le rallongement de la durée de cotisation de 42 ans à 43 ans (172 trimestres) ne pouvait qu’entrainer automatiquement un basculement l’âge effectif de 65 ans à 66 ans. Tel est pris qui croyait prendre…

Nombreux seront ceux qui verront, dans ce rapport envoyé à la Commission Européenne, une façon pour François Hollande de retomber dans les bons papiers de Bruxelles. Au printemps, la Commission avait insisté pour que la France recule son âge légal à 62 ans pour ré-assainir ses finances publiques. Le gouvernement français s’y était opposé, s’évertuant à l’échanger par la notion d’âge effectif. Ce que Bruxelles a fini par accepter lors du Conseil Européen de fin juin.

Les politiciens s’indignent

La révélation de cet “aveu” ce matin dans les médias a déclenché une myriade de réactions indignées dans les sphères politiques de tous bords. “Hollande, menteur aux ordres de Bruxelles […] Ce gouvernement ose dire qu’il refuse de repousser l’âge légal de départ en retraite à 65 ans. En réalité, il fait pire, car l’âge réel de départ en retraite sera au delà des 65 ans au nom de “la soutenabilité des finances publiques”. L’hypocrisie de François Hollande est une insulte à tous les salariés” grogne le Front de Gauche dans un communiqué. L’UMP, quant à lui, s’est contenté de juste pointé du doigt “l’hypocrisie”.

Le PS se défend

Face à ces accusations massives, les parlementaires PS ont tenté de calmer les esprits échauffés.“Le 66 ans c’est quelque chose qui est valable à partir de 2035 voire 2040 et nous disons que ce ne sera pas 66 ans à ce moment là. Ce sera 3 ans de moins, ce sera 63 ans pour ceux qui ont eu des métiers pénibles. Nous introduisons le facteur de pénibilité. C’est pour ça que d’ici 2020 un salarié sur deux va pouvoir partir entre 60 et 61 ans dès que ce compte pénibilité sera mis en place en 2015. Oui, nous assumons qu’avec l’augmentation de la durée de vie, il y a une augmentation de la durée de cotisation. En maintenant la retraite à 60 ans nous maintenons la possibilité pour ceux qui ont eu des début de carrière tôt de pouvoir partir à 60 ans dès qu’ils ont eu la totalité de leur cotisation” a déclaré Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale, au micro de BFM TV.

Aujourd’hui, dans les faits, selon les statistiques de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), en 2012 l’âge moyen de départ en retraite dans le privé était de 62,2 ans, contre 61,1 ans en 2007 et 61,9 ans en 2003. Dans le public, en 2011 l’âge moyen de départ était de 55,1 ans dans la fonction publique hospitalière, de 58,9 ans dans la fonction publique territoriale et de 60,2 ans dans la fonction publique d’État, selon la Direction générale des finances publiques.


2 commentaires sur

Laissez votre avis