Délinquance : Le ressenti et les chiffres officiels ne correspondent pas

Les faits de délinquance constatés par les Français et les chiffres officiels ne correspondent pas du tout. L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l’Insee ont publié mardi 9 décembre leur enquête de «victimation».

L’Insee et l’ONDRP ont publié mardi la huitième édition de leur enquête de “victimation“. L’enquête se concentre sur le sentiment d’insécurité et révèle que le nombre de faits constatés par les Français est bien supérieur aux chiffres publiés par les forces de l’ordre.

Le travail interroge les Français sur les faits de délinquance dont ils se déclarent victimes Plus de 15.000 personnes âgées de 14 ans et plus ont été interrogées pour cette enquête. Les chiffres sont plutôt bons. De fait, 17 % des sondés ont indiqué ressentir un “sentiment d’insécurité” chez eux, le chiffre reste stable par rapport à 2013 tandis qu’ils sont 21 % à sentir ce sentiment dans leur quartier, contre 22 % en 2013.

Une stabilisation

Selon l’enquête, l’année 2014 est une année de stabilisation des cambriolages estimés à environs 600.000 en 2013. Par ailleurs, depuis 4 ans, les violences se sont elles aussi équilibrées. Les Français en déclarent environ 2 millions.

L’enquête recense également près de 2 millions de victimes de violences physiques et sexuelles. Cependant, “personne ne peut dire, dans le débat public, qu’il y a une augmentation des violences, physiques ou sexuelles.Les réponses que nous collectons sont la référence, les gens nous parlent et nous répondent librement», déclare Cyril Rizk, un responsable de l’ONDRP à l’AFP. Autrement dit : “Toute personne qui a la perception d’une forte dégradation (de la délinquance) à l’échelle de la France est contredite” par les résultats de cette enquête.

Une inadéquation flagrante

Bien que le gouvernement tente de mettre en place des nouveaux systèmes de calculs, les chiffres officiels tranchent avec les déclarations des Français.

Ainsi, il faut garder en tête que près de la moitié des victimes de porte pas plainte. Seuls 40 % des cibles de vols portent plainte. Ainsi l’enquête révèle 7,2 millions d’atteintes aux biens déclarées sont environ entre deux et trois fois supérieures aux déclarations officielles.

Les vols et tentatives de vols avec violences ou menaces sont, en revanche, en nette augmentation. Ces faits ont connu une hausse de 33,33% depuis 2012, en effet l’ONDRP en a compté 360.000 en 2014 contre 270.000 en 2012. Selon les déclarations des sondés les principales victimes de ces faits sont les femmes de moins de 30 ans.

Enfin, pour l’ONDRP, cette enquête devrait devenir une référence pour les chiffres de la délinquance car ils seraient plus réalistes du fait que plus de 50% des victimes ne se font pas connaître des services de police ou de gendarmerie.

Avec AFP 


Laissez votre avis