Grève des intermittents : comment se faire rembourser ?

En cas de grève des intermittents et d’annulation de l’événement, l’organisateur doit rembourser. Les assurances annulation ne sont pas nécessaires.

La grève des intermittents du spectacle a déjà conduit à des annulations de spectacles qui pourraient se répéter cet été.

En cas d’annulation de l’événement par l’organisateur, ce dernier a l’obligation de rembourser le public. Inutile donc d’envisager de prendre une assurance annulation lors de l’achat de la place si l’on souhaite se couvrir contre ce risque.

“L’organisateur a une obligation de résultat. S’il ne peut pas assurer la représentation, il doit rembourser”, explique Yves-Alain Legrand, courtier d’assurances à Nantes, spécialiste des assurances des professionnels du spectacle.

Le spectateur doit renvoyer son billet à l’organisateur. Un justificatif de paiement n’est pas obligatoire puisque le billet est souvent acheté auprès de l’organisateur. La demande de remboursement ne doit pas dépasser un an. Les distributeurs de billets comme Digitick, Ticketnet, la Fnac… ne sont pas responsables de l’annulation. Le remboursement se réclame auprès de l’organisateur.

Météo et annulation

Pour d’autres risques d’ampleur comme une mauvaise météo, le spectateur doit attendre la décision de l’organisateur. Celui-ci a l’obligation de veiller à la sécurité du public et des artistes et doit donc apprécier lui même le risque.

Une forte pluie sur une piste de danse ou sur un orchestre classique mettant en péril le public, le matériel ou les artistes peut être une cause d’annulation. Dans le cas d’un concert de rock, ce sera plutôt rafraîchissant“, relève le courtier. Si le spectacle ou le festival a bien lieu, le remboursement sera difficile.

Pour les autres risques que pensent courir le spectateur, il peut se tourner vers une assurance annulation (remboursement en cas de maladie grave, décès d’un proche, licenciement…)

La grève des intermittents

Les intermittents protestent contre l’accord sur l’assurance chômage signé par trois syndicats et le patronat le 22 mars dernier. Ils font pression pour que le gouvernement n’approuve pas l’accord.

La situation : depuis mardi 3 juin, la grève des intermittents du spectacle perturbe le Festival des Comédiens à Montpellier qui dure jusqu’au 29 juin. Ce mardi 10 juin, la grève reconduite pour deux jours entraîne l’annulation des spectacles par les troupes.

Le mouvement de grève a également pris à Toulouse pour le Festival Rio Loco, le Festival d’Anjou et la menace pèse sur le Festival “In” d’Avignon en juillet, ont fait savoir aujourd’hui les intermittents. La crainte de voir se rejouer la grande grève des intermittents de 2003 prend forme.


Laissez votre avis