Santé / Grippe porcine : Mobilisation mondiale pour freiner la transmission du virus

De nombreux pays à travers le monde se mobilisaient lundi pour tenter de contenir la menace de grippe porcine apparue au Mexique, où l’épidémie aurait déjà fait plus de 100 morts, et dont la présence est déjà avérée aux Etats-Unis et au Canada.

La Chine a ainsi suspendu ses importations de porc et de produits porcins en provenance du Mexique et de trois Etats américains, le Texas, le Kansas et la Californie, afin de prévenir l’arrivée de l’épidémie provoquée par le virus A/H1N1.
« Il n’y a pour le moment pas de cas de grippe porcine en Chine. Nous surveillons étroitement la situation et informons le public de la façon de prévenir la maladie », a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé. Le Japon a lui décidé lundi de renforcer ses contrôles sur les passagers débarquant dans ses aéroports depuis l’étranger.

Les Etats-Unis, où vingt cas ont été décelés, sans aucun décès, avaient déclaré dimanche « l’état d’urgence sanitaire ». Ils ont annoncé des dépistages sur les personnes qui se présenteraient aux frontières en provenance de pays touchés par le virus. Le Canada est touché, avec six cas confirmés, et plusieurs pays, dont la Nouvelle-Zélande, la France, Israël, l’Espagne et le Brésil ont fait état de cas suspects. Deux cas suspects signalés en Australie se sont avérés négatifs.

Le président mexicain Felipe Calderon a lancé dimanche un appel au « calme » et au respect des mesures de prévention. Son ministre de la Santé a cité un bilan aggravé, à 103 morts et 1.614 malades traités, dont 400 encore hospitalisés. Le nombre des morts avérés au Mexique était cependant maintenu à 20.
La Commission européenne a indiqué suivre « de très près » la situation.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui avait mis en garde contre le « potentiel pandémique » du virus, a prévenu dimanche que le nouveau virus pourrait évoluer et devenir « beaucoup plus dangereux ».
L’OMS recommande « que tous les pays intensifient leur surveillance de tous les cas inhabituels de maladie ressemblant à une grippe ou à une grave pneumonie ».

Le Mexique dans l’isolement

Au Mexique, foyer de l’épidémie, un décret présidentiel a durci les mesures: isolement des patients, droit des autorités à pénétrer « dans tout local », à contrôler voyageurs, bagages et marchandises. Alors que la maladie s’est propagée dans le pays uniquement par contacts humains, les autorités ont appelé à éviter les réunions publiques.
Le maire de Mexico, Marcelo Ebrard, a souligné que la capitale était maintenue en “alerte maximale”. Après la fermeture des écoles, lycées et universités, théâtres et musées, il a annoncé celle des deux grands zoos municipaux.

La municipalité va s’assurer de la fermeture des bars de nuit et discothèques, et les tribunaux de Mexico ne siègeront pas la semaine prochaine, a-t-il précisé.
L’aéroport de la capitale reste ouvert et des équipes médicales y sont en place. Les passagers sont soumis à un questionnaire à l’arrivée et au départ.

Les autorités mexicaines ont assuré disposer de stocks suffisants d’un médicament antiviral efficace, préféré à une vaccination massive initialement envisagée. Les ambassades étrangères disposent elles aussi de stocks, indique-t-on dans les milieux diplomatiques.
La Banque mondiale a annoncé un crédit immédiat de 25 millions de dollars pour le Mexique et en a approuvé un autre de 180 millions à moyen terme. Mexico avait déjà indiqué disposer d’une réserve spéciale de 450 millions de dollars.

En Asie, de nombreux pays ont commencé à prendre des mesures de précaution.
Les autorités sanitaires de Nouvelle-Zélande tentaient ainsi de retrouver plusieurs centaines de passagers ayant voyagé avec un groupe de neuf lycéens et leur enseignant, de retour du Mexique, qui pourraient être atteints de la grippe porcine.
La Russie a de son côté mis en place une commission de prévention contre la propagation de la grippe et vérifie tous les vols provenant du Mexique et des Etats-Unis.
Plusieurs pays latino-américains ont décrété l’alerte sanitaire ou annoncé des mesures préventives. A Bogota, des examens médicaux ont été pratiqués sur cinq voyageurs venant du Mexique et présentant des symptômes.

AFP


Laissez votre avis