Vaccination grippe H1N1 : “on va ouvrir un plus grand nombre de centres” annonce Nicolas Sarkozy

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi à Port-of-Spain que les autorités allaient “ouvrir un plus grand nombre de centres” de vaccination contre la grippe H1N1 en France et “élargir les plages d’ouverture”, notamment les mercredis et samedis.

Le chef de l’Etat s’exprimait en marge du sommet du Commonwealth auquel il a participé, à Port-of-Spain (Trinidad-et-Tobago), lors d’une conférence de presse. Il faut “prendre au sérieux cette épidémie de grippe”, a répondu M. Sarkozy à une question sur le sujet. “Si nous avons acheté des millions de vaccins, c’est parce que nous avons anticipé ce problème qui concerne d’ailleurs le monde entier”, a-t-il ajouté.

“J’ai demandé au ministre de la Santé comme au ministre de l’Intérieur (…) d’ouvrir un plus grand nombre de centres. Il y en a un peu plus de la moitié d’ouverts sur un potentiel d’un peu moins de 1.200”, a-t-il affirmé. “Surtout, on va essayer d’élargir les plages d’ouverture, notamment le mercredi et le samedi, qui sont des moments pour les familles de disponibilité”, a-t-il encore indiqué.

“Dans les journaux, il y avait des sondages disant: +les Français ne croient pas à la grippe et ne veulent pas se faire vacciner+. Trois jours après, il y a la queue dans les centres de vaccination”, a-t-il fait remarquer.

Selon lui, “gouvernement comme médias, on doit garder notre sang-froid, faire en sorte de ne pas surréagir en permanence en disant un jour blanc, l’autre noir”. “Aujourd’hui en France, 750.000 personnes ont été vaccinées. Les demandes sont très nombreuses depuis quelques jours. L’épidémie est une réalité”, a-t-il ajouté.

Alors qu’on lui demandait si lui-même s’était fait vacciner, M. Sarkozy a laissé entendre qu’il allait le faire. “C’est difficile de dire aux gens +Vous avez raison de vous faire vacciner+ et ne pas se faire vacciner soi-même”.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a appelé vendredi “au civisme de chacun” pour permettre aux personnes les plus fragiles de se faire vacciner dans l’ordre de priorité établi par le gouvernement. “Depuis l’ouverture de centres de vaccination, le nombre de personnes qui se présentent augmente considérablement. Respecter l’ordre de priorité, c’est permettre aux plus fragiles de se faire vacciner dans de bonnes conditions”, a-t-elle déclaré.

Port-of-Spain, 27 nov 2009 (AFP)


Laissez votre avis