EXCLUSIF : Le Figaro se lance dans l’assurance

Selon des sources proches du dossier et concordantes, le groupe Figaro s’apprête à se lancer sur le marché de l’assurance, vraisemblablement dès la rentrée prochaine.
Une société de courtage a déjà vu le jour et des études sont actuellement menées pour créer un site de comparaison en ligne. La commercialisation de produits d’assurances pourrait également être réalisée à travers l’activité de courtage.

1688. Ce chiffre ne vous dit rien (référence aux premiers travaux d’assurance d’Edward Lloyd’s) mais pourrait faire date dans l’assurance, en tant que… marque.
Le 29 octobre 2009, une société nommée 1688 a vu le jour à Paris. Son activité : Activités des agents et courtiers d’assurances, code NAF 6622Z. Sa localisation : le 14 boulevard Haussmann, à Paris, c’est à dire au cœur des actuels locaux du Figaro.
Surtout, la composition de la société ne manque pas d’interpeller. S’y retrouvent, en effet les principaux dirigeants du Figaro et de Figaro Médias, la régie publicitaire du groupe.

L’idée sous-jacente, selon nos informations, serait d’investir dans la vente de produits d’assurance via une société de courtage et par l’intermédiaire d’un site de comparaison, à l’image de ce que font d’autres comparateurs, véritables vitrines de courtiers. A ce propos, une personne a d’ores et déjà déposé le nom de domaine 1688.fr et a fait clairement référence au média.

Après l’arrivée sur le marché des comparateurs d’un acteur anglais, véritable poids lourd de la comparaison en ligne d’assurances, L’apparition d’un groupe tel que celui du Figaro est une nouvelle preuve de l’intérêt que suscitent le commerce en ligne et l’assurance.
D’autant que le groupe peut s’appuyer sur un média influent et très lu pour drainer les internautes. 28 millions de visites du figaro.fr (source OJD – Décembre 2009) et plus de 10 millions de visiteurs uniques parcourent un des sites du groupe (source Médiamétrie – Décembre 2009). La question reste de savoir si la société 1688 sera juste un site de comparaison ou si la partie courtage viendra proposer ses produits en concurrence avec les assureurs partenaires.


Laissez votre avis