Assurances Auto / Habitation : La CLCV monte au créneau sur la résiliation des contrats

Afin d’améliorer les pratiques des assureurs pour l’année 2013, les associations de consommateurs souhaitent, notamment, une standardisation de la tacite reconduction et une amélioration du rôle de conseil.

A l’occasion d’une table ronde organisée ce mercredi 20 février par le comparateur d’assurances LesFurets.com et portant sur le décryptage des pratiques dans le secteur, la CLCV (Consommation logement et cadre de vie) a rappelé que les consommateurs avaient encore souvent le sentiment d’être trompés par leurs assurances. Ainsi, l’association de défense des consommateurs a de nouveau remis en cause le devoir de conseil autour de la tacite reconduction.

“Les compagnies sont tenues de rappeler à leurs assurés la date limite pour résilier leur contrat au moins 15 jours avant l’échéance”, explique Olivier Gayraud, Chargé de mission Consommation à la CLCV. “Ce qu’on constate, c’est que soit le document est incompréhensible, soit le rappel est envoyé beaucoup plus tôt que la date limite afin que les assurés oublient qu’ils peuvent résilier leurs contrats. La tacite reconduction est une bonne chose pour protéger le consommateur, notamment en assurance habitation, mais il faut une standardisation et une normalisation des informations de cette dernière”, explique ensuite M. Gayraud.

Manque de clarté

La CLCV a de nouveau soulevé le manque de clarté des contrats qui engendre parfois un phénomène de multi-assurances chez les consommateurs et le manque d’information à propos de franchises.

“Nos clients nous font remonter ce manque de clarté et l’opacité de certains contrats. Je partage ce constat”, explique Nelly Brossard, directrice générale d’Amaguiz, présente lors de ce tour de table. “Toutefois, certains assureurs, notamment des petits acteurs assez nouveaux sur le marché proposent des solutions palliatives, comme affichages des franchises ou des options incluses dans les contrat avec les prix sous forme de fiches produits par exemple”.

“L’ensemble des acteurs font des efforts pour rendre plus lisibles les contrats et les offres”, affirme de son côté Emmanuel Poyatos, directeur Opérationnel Euro-Assurance. “Nous sommes par exemple attachés au devoir de conseil et nous enregistrons toutes nos conversations téléphoniques entre clients et gestionnaires afin d’améliorer ces problématiques”.

Comparateurs et perspectives 2013

Enfin, l’association de défense des consommateurs a de nouveau posé le problème de l’indépendance des comparateurs, de leurs rémunérations et du panel d’offres disponibles sur ces sites. “Aujourd’hui, 9 français sur 10 font des économies sur leur contrat, à garanties équivalentes, en passant par un comparateur”, affirme Jehan de Castet, président fondateur du site LesFurets.com. “Actuellement, si un assureur veut être compétitif, il ne peut plus se passer d’une visibilité des ses offres sur un comparateur d’assurances”, conclut-il.

En terme d’évolutions des pratiques pour l’année à venir, “les prochains mois pourraient changer la donne, notamment si une évolution législative comme en santé intervient”, déclare Claire-Anne Coriat, directrice générale de L’Olivier Assurances. “Une phase d’augmentation des tarifs ou une hausse de la sinistralité pourrait également provoquer des changements dans le secteur, mais il faudrait que les français s’intéressent plus à l’assurance, à l’image de l’engouement pour Free en téléphonie mobile”, conclut-elle.


Laissez votre avis