Auto / Habitation : Cette sinistralité qui impacte les tarifs d’assurance

La FFSA, Fédération française des sociétés d’assurance, vient de dévoiler ses statistiques sinistralité sur l’exercice 2013. Alors que les dommages en auto ont reculé de 3,5% en corporel et de 2,6% en matériel, en multirisque habitation ils progressent de 5%. Des chiffres qui influent directement sur les tarifs d’assurance.

Chaque année, lors de la réévaluation des tarifs d’assurance, les assureurs se focalisent principalement sur un paramètre: la sinistralité enregistrée lors des douze derniers mois écoulés. Cette dernière détient une incidence directe sur la hausse, le gel ou la baisse des prix des couvertures. Plus elle recule et plus les assurés disposeront de chances de voir le coût de leur police fléchir l’année suivante.

“Au global, la sinistralité observée en 2013 pèsera sur le ratio combiné de l’assurance dommages (coût des sinistres et frais généraux rapporté aux primes collectés, NDLR) et devrait à nouveau être en déficit technique”, prévoyait Jean-François Lequoy, délégué général de la FFSA, dans un entretien publié le 13 décembre sur le site de la fédération. Une formulation quelque peu complexe pour indiquer que les prix augmenteront bel et bien en raison d’une montée des dommages en 2013.

La sinistralité baisse en auto…

Selon les chiffres dévoilés par la FFSA, le nombre d’accidents de la route a diminué en 2013 mais le coût moyen des sinistres corporels a atteint “un niveau record”, déclare Jean-François Lequoy. Le fait que les dommages corporels aient baissé de 3,5% et que les dommages matériels aient reculé de 2,6% n’aura donc aucun impact positif pour les Français en terme de réduction des prix. Pourquoi ? Car l’assurance automobile a enregistré “une hausse historique de 12%” des accidents corporels, ayant entrainé des indemnisations lourdes à assumer pour les assureurs. Selon le délégué général de la FFSA, ces demandes de dédommagements plus conséquentes proviendraient d’une meilleure connaissance des préjudices liés aux blessures et de la revalorisation des rentes accordées aux victimes d’accidents.

…mais se relève en habitation

Du côté de l’assurance multirisques habitation, les sinistres se sont multipliés. Notamment en raison des incendies (+ 5%) et des conditions météorologiques délicates. “Nous estimons que le coût des intempéries de 2013 représente près de 1,1Md d’euros pour les assureurs, soit l’équivalent d’une catastrophe naturelle majeure”, explique Jean-François Lequoi. Les grosses inondations de la mi-juin dans le sud, à Saint-Béat (Haute-Garonne) et Lourdes ont couté à elles-seules plus de 300M d’euros.

Par ailleurs, la FFSA explique que “la multiplication d’événements localisés, d’ampleur inférieure à celle d’une grosse catastrophe naturelle, a en outre empêché que les traités de réassurance puissent être à chaque fois enclenchés, ce qui a alourdi les conséquences financières pour les assureurs”.


un commentaire sur “Auto / Habitation : Cette sinistralité qui impacte les tarifs d’assurance”

  • […] La FFSA, Fédération française des sociétés d'assurance, vient de dévoiler ses statistiques sinistralité sur l'exercice 2013. Alors que les dommages en auto. Actualités de News Assurances.  […]

Laissez votre avis