Assurance maladie : Poursuite des incitations financières aux infirmiers pour une installation en zone sous dotée

L’assurance maladie a décidé de pérenniser la convention expérimentale de 2009, conclue avec les syndicats d’infirmiers visant à mieux répartir les soins sur le territoire, en raison des “résultats positifs encourageants” produits.

“Ca marche et c’est peu coûteux (2 millions d’euros par an)”, a affirmé Jean-Marc Aubert, directeur délégué à la gestion de l’organisation des soins de la Caisse nationale de l’assurance maladie (CNAM), jeudi, lors d’une conférence de presse à Paris. “Tout ça va dans le bon sens et nous incite à aller un peu plus loin”, a ajouté Frédéric van Roekeghem, directeur général de la Cnam.

Cette convention expérimentale accorde une aide à l’équipement de 3.000 euros par an pendant trois ans, plus une prise en charge des cotisations d’allocations familiales (soit 2.760 euros annuels en moyenne) aux infirmiers qui s’installent dans les zone sous-dotées. Elle devrait être étendue à d’autres zones.

A tite expérimental, la convention avait ciblé 145 zones très sous-dotées (soit 5% de l’ensemble des zones identifiées et 2% des effectifs) principalement dans le centre de la France. Dans ces zones, l’évolution des effectifs a augmenté de 10,6%, alors que dans le même temps, dans les 210 zones sur-dotées sélectionnées (7% des zones, 12% des effectifs) elle a baissé de 3%.

Près de 380 infirmiers libéraux, dont 120 professionnels supplémentaires, ont ainsi choisi d’exercer dans des zones très sous-dotées.

Actuellement, le nord et l’est de la France, ainsi que la région parisienne manquent d’infirmières libérales, alors que le sud-est, traditionnellement très dense, le reste.

Paris, 21 octobre 2010 (AFP)


Laissez votre avis