Assurance-vie : Thierry Le Luron aurait déguisé son sida en cancer pour proteger son capital

Contre toute attente, plus de 26 ans après sa mort, la vérité éclate : Thierry Le Luron, n’aurait pas péri dès suite d’un cancer mais du sida. Afin de protéger son assurance-vie dont le capital était destiné à ses parents, l’humoriste emporte avec lui son secret dans la tombe.

Line Renaud avait déjà brisé le tabou en 2010 en révélant cette affection au sida dont souffrait Thierry Le Luron. Quelques éclaboussures d’encre s’étaient alors répandues dans les colonnes de la presse. Cependant, de manière globale, les médias s’étaient révélés singulièrement précautionneux face au sujet. Le mystère subsistait, impénétrable et intact. Pourquoi Le Luron aurait-il préféré privilégier le mensonge? Velléité de préserver la discrétion sur son homosexualité? Hantise de la stigmatisation face à un sida alors mal connu?

Une vérité plus “pragmatique”

C’est le journaliste Jacques Plessis, ami et confident de Thierry Le Luron, qui mettra finalement un terme à deux années de rumeur rampante. Au micro de Philippe Vandel sur France Info, il se confie. Sans retenue ni concession.

Début années 80, lorsque le sida de Thierry Le Luron se déclare, la maladie est encore fébrilement appréhendée. Les séropositifs sont pointés du doigt, diabolisés, par la société mais également par les organismes financiers et assureurs. Aucun prêt ou assurance-vie ne leur est accordé.
” La plupart des séropositifs mentaient pour contracter un prêt ou acquérir un bien de consommation. Si on avait dit qu’il était mort du sida, ses parents n’auraient jamais pu toucher son assurance-vie ” explique Jacques Plessis.

Entaché d’un bon nombre de dettes, Le Luron aurait ainsi cherché à prémunir ses parents contre tout cadeau empoisonné que son décès leur aurait légué.


Laissez votre avis