Comment les assureurs-vie préservent-ils les rendements des fonds en euros?

Après trois années de chute des taux de rendement, les assureurs vie ont aujourd’hui à cœur de préserver la rentabilité de leurs fonds en euros. Leur stratégie actuelle tend à privilégier plusieurs classes d’actifs qui ont le vent en poupe.

L’assurance-vie n’a pas réellement eu bonne presse l’an passé. Enchainant les revers tels baisse des taux de rendements, fiscalité dans la ligne de mire du gouvernement ou encore décollecte au profit du livret A, elle a laborieusement franchi le cap 2012.

Le premier semestre 2013 a, en revanche, démontré de nettes améliorations. Le blason de l’assurance-vie se redore peu à peu. Les versements repartent à la hausse, le livret A a du plomb dans l’aile, le système favorable de taxation reste inchangé et…les rendements des fonds en euros semblent protégés à un taux honorable. “Les assureurs-vie ont fait preuve de pas mal de dynamisme pour investir l’épargne des fonds en euros dans des classes d’actifs susceptibles à la fois de délivrer un rendement annuel moyen nettement supérieur à 3,0 %, et également de sécuriser les placements réalisés. Plusieurs classes d’actifs sont ainsi montées en puissance” explique le prescripteur d’assurance Good Value for Money. Trois classes d’actifs sont aujourd’hui particulièrement plébiscitées par les assureurs vie.

Le financement des entreprises de taille moyenne (ETI)

“Face à la pression du Gouvernement et au besoin de trouver des placements dégageant un meilleur rendement, les assureurs-vie se sont nettement plus ouverts aux placements obligataires d’entreprises non cotées, notamment dans l’univers des entreprises de taille moyenne” précise Good Value for Money. Les opportunités de placements sont en revanche quelques peu limitées. Il est seulement possible d’investir de 50 à 150M d’euros. La rentabilité y est toutefois indéniable, les coupons servis dégagent de 3,7% à 4,7% sur un horizon de 6 ans.

Le financement d’infrastructures

Grande nouveauté, le financement d’infrastructures lourdes, comme par exemple des autoroutes, ponts, hôpitaux ou encore réseaux de transport de gaz, font désormais  partie des choix des assureurs vie. Placements à moyen, voire long terme, ils permettent d’obtenir des revenus réguliers dont les rendements s’élèvent entre 4% et 5% à l’heure actuelle. Good Value for Money cite, à titre d’exemple, le financement par Allianz Global Investors Europe de la Cité de la musique sur l’Île Seguin à Boulogne-Billancourt (92) pour un montant de 127M d’euros sur 30 ans. Même chose du côté de Vinci et Predica qui ont racheté 9,5% du capital d’Aéroports de Paris (ADP) pour 738M euros au total. Crédit Agricole Assurances y possède déjà une part de 4,81% pour 373M d’euros. Et enfin dernièrement, Axa a indiqué son désir d’investir également 10Mds d’euros sur 5 ans dans des infrastructures, par opérations de 500M d’euros à chaque fois.

L’immobilier de bureaux et de centres commerciaux

Dernière classe d’actifs privilégiée par les assureurs-vie, l’immobilier, mais davantage orienté bureaux et de centres commerciaux. “L’immobilier résidentiel [est] complexe à gérer, peu rentable et soumis aux aléas de décisions politiques concernant un éventuel plafonnement des loyers” clarifie Good Value for Money. Dans la mesure où le marché démontre aujourd’hui des prix d’achats parfois conséquents, les assureurs-vie doivent opérer de manière ingénieuse et “sélective”.
Leur investissement global dans l’immobilier de bureaux et de centres commerciaux se chiffrerait actuellement à 70Mds d’euros pour un rendement locatif brut de 5 à 7%. Good Value for Money cite, là aussi, un exemple; la cession par Altarea Cogedim de 49% du capital de cinq centres commerciaux (Bercy Village, Boutiques de la Gare de l’Est, Gennevilliers Espace Chanteraines, Toulon la Valette, Toulouse Espace Gramont) à Allianz Real Estate pour un montant total d’investissement de 395M d’euros.


Laissez votre avis