Assurance intempéries : 500 millions d’euros pour les tempêtes hivernales

Les tempêtes hivernales ont coûté cher aux assurés. D’ici à 2030, l’indemnisation du coût des catastrophes naturelles risque de doubler.

Les assureurs vont devoir débourser environ 500M d’euros pour l’ensemble des événements climatiques survenus entre fin décembre 2013 et février 2014 : 200M d’euros pour la tempête Dirk, 180 à 220M d’euros pour les inondations du Var et 50M d’euros pour le cyclone Bejisa à La Réunion, indique Jacques de Peretti, le président de la commission des assurances de biens et de responsabilité de la FFSA (Fédération française des sociétés d’assurance) sur son site internet.

C’est autant que le coût des assureurs britanniques pour les tempêtes et inondations hivernales. Au plan mondial, 2013 a été une année remarquable en catastrophes naturelles, cela n’étant pas étranger au réchauffement climatique, selon l’organisation météorologique mondiale. En France, “en 2009, la FFSA avait mené une étude sur le changement climatique concluant à un possible doublement du coût de l’indemnisation liée aux événements naturels à l’horizon 2030“, explique le responsable de la FFSA. “Plus que le nombre d’événements naturels, c’est l’importance de leur impact qui augmente avec le temps”, ajoute-t-il.

Sur les huit derniers mois de l’année, les assureurs français indiquent que le coût des catastrophes naturelles pèsera “pour plus de 2Mds d’euros, dépassant ainsi la moyenne annuelle constatée de 1,5Md d’euros par an au cours des vingt dernières années“.

Pour les assurés victimes d’importantes inondations, tempêtes, glissement de terrain… la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par arrêté permet d’activer la garantie “catastrophe naturelle” du contrat habitation ou auto auprès des assureurs. Sinon les dégâts occasionnés par des inondations par exemple ne sont pas couverts. Les assurés doivent au plus tôt préparer leur dossier de demande d’indemnisation comportant les éléments (facture, contrats, photos…) permettant une évaluation des dégâts par les experts en assurances.


Laissez votre avis