Cat nat : les dommages engendrés par les tempêtes orageuses sévères sont en hausse sur 25 ans

Les dommages liés aux tempêtes orageuses sévères sont orientés à la hausse depuis vingt-cinq ans, selon une étude du réassureur helvétique Swiss Re publiée jeudi, qui souligne que ce type de catastrophe est de plus en plus coûteux.

Au niveau mondial, les dommages assurés qui ont été engendrés par les tempêtes dites “convectives sévères” ont augmenté en moyenne de 9% entre 1990 et 2014, a indiqué le numéro deux mondial de la réassurance.

Par comparaison, les dommages assurés pour tous les événements météorologiques confondus n’ont augmenté que de 6,6 % sur la même période, a précisé Swiss Re dans une étude appelée Sigma.

Les tempêtes convectives sévères associent tornades, grêle, foudre, fortes pluies et crues soudaines. L’augmentation du nombre et de l’intensité de ces épisodes extrêmes est généralement considérée par les météorologues comme une des conséquences du réchauffement climatique.

Rien qu’aux États-Unis, les dommages causés par ce type de tempêtes, et qui sont pris en charge par les assurances, ont atteint en moyenne un montant annuel de 8 milliards de dollars sur la période allant de 1990 et 2014.

A partir de 2008, le montant de ces dommages assurés a encore augmenté pour atteindre 10 milliards chaque année. L’an passé, les dommages assurés se sont même chiffrés à 13 milliards de dollars.

En mai, les États-Unis avaient été touchés par une succession de violentes tempêtes avec grêle, qui a été l’événement le plus couteux de l’année. A elles seules, ces tempêtes en mai ont engendré des sinistres à hauteur de 2,9 milliards dollars.

Le mois suivant, l’Europe a été touchée à son tour avec le système de basse pression Ela qui a amené des orages de grêle dévastateurs sur des parties de la France et de la Belgique ainsi que des vents violents sur l’Allemagne. Les dommages assurés se sont montés à 2,2 milliards de dollars.

En 2014, les dommages économiques totaux causés par l’ensemble des événements catastrophiques se sont élevés à 110 milliards de dollars, soit un chiffre en baisse par rapport aux 138 milliards enregistrés l’année précédente et bien en dessous de la moyenne annuelle pour les 10 années précédentes qui se montait à 200 milliards.

Selon la dernière évaluation de Swiss Re, la part couverte par les assurances s’est élevé à 35 milliards de dollars, contre 44 milliards de 2013 et 64 milliards en moyenne sur les dix dernières années.


Laissez votre avis