Inondations Cherbourg : La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle sera accélérée

Le Premier ministre François Fillon a annoncé lundi à Cherbourg sa détermination à « hâter le processus de reconnaissance de catastrophe naturelle » au bénéfice des victimes des inondations qui ont touché cette ville dimanche.

Le Premier ministre François Fillon a annoncé lundi à Cherbourg sa détermination à « hâter le processus de reconnaissance de catastrophe naturelle » au bénéfice des victimes des inondations qui ont touché cette ville dimanche.

« Nous allons hâter le processus de reconnaissance de catastrophe naturelle, et la commission (placée sous l’autorité de l’État, ndlr) chargée d’examiner les dossiers se réunira le 16 décembre », a déclaré M. Fillon devant des journalistes, après avoir visité des commerces et habitations inondés.

« Il faut naturellement que les assurances fonctionnent dans les meilleurs délais, j’ai donné des instructions pour que les services de l’État facilitent la vie de tous ceux qui sont en difficulté et en particulier des commerçants sur des questions de délais de paiement », a-t-il ajouté.

Sa visite à Cherbourg, où il est arrivé en hélicoptère vers 14H30, avait été annoncée par ses services dans la matinée. Elle intervient dans la foulée d’un déplacement consacré aux « investissements d’avenir » à Mortain (Manche). « Je suis venu ici », a expliqué le Premier ministre, « parce que j’étais dans la Manche ce matin et j’ai considéré qu’il était normal que je vienne faire preuve de la solidarité nationale auprès du maire de Cherbourg et auprès des habitants de la commune qui ont été frappés par un drame d’une très très grande intensité ».

La fonte des neiges, mêlée aux précipitations et à la marée haute, a provoqué dimanche à Cherbourg des inondations qualifiées « d’historiques » par le député-maire socialiste Bernard Cazeneuve. Le fleuve côtier s’est déversé dans l’avenue de Paris qui longe son cours, la transformant en torrent, avant de regagner son lit en fin de journée.

Cherbourg, 6 déc 2010 (AFP)


Laissez votre avis