Intempéries en Amérique du Nord : L’ouragan Alex est désormais une tempête tropicale

L’ouragan Alex, le premier de la saison cyclonique dans l’Atlantique, s’est affaibli en entrant au Mexique et a été rétrogradé jeudi au rang de tempête tropicale, sans avoir fait de nouvelle victime dans le pays.

Alex, qui avait tué une Mexicaine de 23 ans à son passage dans le sud du pays et perturbe les opérations de nettoyage de la marée noire dans le golfe du Mexique depuis plusieurs jours, avait atteint la côte de l’Etat de Tamaulipas, près de la frontière du Texas (sud) aux Etats-Unis, tard mercredi soir.

Alex avait causé bien plus de ravages en balayant l’Amérique centrale: au moins dix morts au Nicaragua, au Guatemala et au Salvador pendant le week-end dernier. Les vents restent dangereux, soufflant à 140 km/h, mais Alex doit s’affaiblir davantage en se déplaçant vers l’ouest au dessus du Mexique, selon le Centre national des ouragans (NHC) américain, basé à Miami.

Au Mexique, quelque 17.500 personnes ont été évacuées dans l’Etat de Tamaulipas, dont la totalité des 2.000 habitants des maisons en bois du petit port de pêche de La Carbonera. Dans cette région, la Marine mexicaine a ordonné à environ 2.000 marins de ne pas prendre la mer.

La moitié de la localité frontalière de Matamoros, en face de Brownsville (Etats-Unis), était inondée et les télécommunications perturbées, ont indiqué des responsables locaux. La télévision mexicaine avait montré des images d’avenues inondées, l’eau montant au niveau supérieur des roues des voitures. Des arbres étaient courbés pratiquement à l’horizontale par les rafales.

Des tornades ont été signalées dans le sud du Texas voisin. L’ouragan n’a pas touché de plein fouet la zone de la marée noire au large de la Louisiane, bien que la compagnie pétrolière BP ait suspendu certaines opérations de récupération du pétrole en raison des vents qui forment de hautes vagues.

Au large de la Louisiane, les garde-côtes ont ainsi indiqué que des vagues de deux mètres et des vents soufflant à 40 km/h perturbaient la récupération et le brûlage du pétrole flottant en surface. « Les vols pour épandre des dispersants ont toujours lieu, mais le pétrole n’est ni brûlé ni récupéré à la surface », a dit à l’AFP une porte-parole.

Alex a également contraint à l’interruption partielle de la production de brut du Golfe, qui a été réduite de 26,3% mercredi, selon le gouvernement américain. Au Congrès à Washington, Kenneth Feinberg, chargé par l’administration américaine et BP de gérer les indemnisations versées aux victimes de la marée noire, a indiqué qu’ »il n’y avait pas assez d’argent dans le monde pour payer tous ceux qui voudraient obtenir de l’argent » mais qu’il était « déterminé à payer pour toutes les demandes justifiées ».

Le président américain Barack Obama a demandé au secrétaire à la Marine Ray Mabus, de réaliser une « estimation complète » des besoins nécessaires, en termes économique, environnemental et humain, après la catastrophe.

Matamoros, 29 juin 2010 (AFP)


Laissez votre avis