Intempéries : la grêle, catastrophe la plus coûteuse pour les assureurs

Sur les 6 premiers mois de l’année, en Europe comme aux États-Unis, les orages de grêles et tempêtes ont pesé le plus lourd pour les assureurs.  

Les orages de grêle et les vents violents qui ont sévi en juin en France, Belgique et Allemagne ont constitué la deuxième catastrophe naturelle la plus coûteuse pour les assureurs dans le monde au cours des 6 premiers mois de l’année.

D’après les estimation du groupe Swiss Re, les importants dégâts sur les habitations et les véhicules ont coûté 1,9 milliard d’euros aux assureurs. L’ensemble des biens était bien couvert par les assurances puisqu’on comptait en tout environ 2 milliards d’euros de dégâts dont 1,9 milliard a donc pu être remboursé par les assureurs.

1,9 milliard d’euros pour les orage de grêle en Europe

Pour la France, l’indemnisation de ces orages de grêle a représenté entre 800 et 900 millions d’euros selon les chiffres de la fédération des assureurs, la FFSA. Dans le détail, les sinistres déclarés par les assurés concernaient 160.000 logements, 190.000 véhicules et 13.000 professionnels, notamment des exploitants agricoles.

Là encore, les orages et tempêtes de grêle mi-mai aux États-Unis ont été l’événement le plus coûteux pour les assureurs sur la période, qui ont couvert les pertes à hauteur d’environ 2 milliards d’euros.

D’autres catastrophes naturelles de plus grande ampleur ont eu lieu, comme les inondations en Serbie, Bosnie et Croatie représentant 3,4 milliards d’euros de dommages. Mais compte tenu du faible recours aux assurances dans ces pays, peu de biens ont été indemnisés, ce qui diminue considérablement la facture des compagnies d’assurance.


Laissez votre avis