intempéries : les dossiers seront traités “d’ici deux semaines”

Les inondations provoquées par les fortes pluies du lundi 29 septembre, ont provoqués de nombreux dégâts qui s’élèveraient à plusieurs millions d’euros. Selon l’AFP, les dossiers d’indemnisation devraient être traités d’ici deux semaines.

Les précipitations ont atteint lundi des niveaux particulièrement élevés dans l’Hérault, qui avait été placé en vigilance rouge par Météo-France. À Montpellier, c’est même un record qui a été établi : “Il est tombé à Montpellier en quelques heures l’équivalent de la moitié de ce qui tombe en une année”, a indiqué à l’AFP Météo-France à Aix-en-Provence. Au total, quelque 300 mm de précipitations – soit 300 litres par mètre carré – se sont abattus sur le chef-lieu de l’Hérault.

Aucun décès, ni aucun blessé n’avaient toutefois été recensés mardi dans le département, où les zones les plus touchées s’étendent sur un arc allant d’Agde au sud de Montpellier et passant au-dessus de l’étang de Thau, selon la préfecture.

Un début d’accalmie

Mardi matin, l’heure était toutefois à l’accalmie, Météo France a même levé l’alerte orange aux fortes pluies, maintenant l’Hérault en vigilance orange uniquement pour des risques de crue.

Les précipitations de lundi ont entraîné des inondations qui ont contraint quelque 4.000 personnes à passer la nuit loin de chez elles, dont environ 2.000 dans des gares, ou au Zénith de Montpellier, ou encore dans des établissements scolaires — un millier d’élèves au total y ont dormi, selon le ministère de l’Éducation nationale. Au total, les services de secours ont reçu quelque 100.000 appels, selon le ministère de l’Intérieur.

Reprise de circulation sur les rails

Le trafic ferroviaire reprenait progressivement en milieu de journée mardi et devait retrouver une allure normale d’ici à la fin de journée, a déclaré à l’AFP un représentant de la SNCF.

Revenant sur le classement en état de catastrophe naturelle, le même responsable de la sécurité civile a assuré que les dossiers seraient traités “d’ici deux semaines”.

Dans le département voisin du Gard, les pompiers ont également dû multiplier les interventions lundi : un peu plus d’une centaine de personnes ont dû être évacuées d’un camping, une dizaine d’autres d’un institut médical professionnel, et une dizaine d’une aire de stationnement de gens du voyage, dans le secteur d’Aimargues, entre Montpellier et Nîmes.

 Avec AFP


Laissez votre avis