Intempéries: des vents violents provoquent deux décès et créent des incendient en Corse

Mardi 21 octobre, des vents violents ont causé la mort de deux personnes dans l’Est de la France et ont créé des incendies en Corse.

Des vents violents, soufflants parfois à plus de 100 km/h, ont provoqué mardi soir deux décès accidentels, dans le Bas-Rhin et dans l’Aube, perturbé le trafic ferroviaire dans l’est du pays et attisé un important incendie de maquis en Corse.

A Illkirch, en banlieue de Strasbourg, où le vent a soufflé jusqu’à 117km/h, une femme de 57 ans a été tuée par la chute d’un arbre sur sa voiture. A Courteranges près de Troyes (Aube), c’est une automobiliste de 44 ans qui a succombé sur une aire de repos, écrasée par un arbre déraciné alors qu’elle avait quitté son véhicule. Dans le Doubs, un automobiliste a été légèrement blessé après avoir percuté un arbre tombé sur la chaussée. Il a été transporté à l’hôpital.

Le trafic ferroviaire, TGV comme TER, a été perturbé mardi soir pendant plusieurs heures en Alsace et en Moselle, en raison de dégâts liés aux intempéries, selon la SNCF.

Prévisions et interventions

Les pompiers d’Alsace ont réalisé près de 240 interventions dans la nuit, essentiellement pour dégager des chaussées encombrées par des branches d’arbres ou des débris de toitures.

Après avoir essaimé en Champagne-Ardenne, “le vent s’est renforcé en Moselle et en plaine d’Alsace”, a commenté Guillaume Leleu, responsable du service prévisions à Météo-France Strasbourg, interrogé par l’AFP. A Strasbourg, des rafales aussi violentes n’arrivent que tous les “5 à 10 ans, soit un phénomène assez rare, mais pas exceptionnel”, a-t-il précisé. Les départements concernés étaient en vigilance jaune. Fallait-il passer à l’alerte orange? “On va se poser la question, mais cela paraissait difficile car c’était un phénomène très ponctuel, qui est passé très vite”, a-t-il justifié, soulignant que l’épisode le plus violent enregistré à Strasbourg n’avait duré que 6 minutes, de 18H24 à 18H30.

Incendies en Corse

En Haute-Corse, le vent a attisé un feu de maquis, devenu dans la nuit le plus gros incendie de la saison sur l’île, en se répandant sur près de 800 hectares sur les communes d’Albertacce et de Lozzi. Le feu, qui a menacé un temps ce dernier village, n’était toujours pas maîtrisé mercredi après-midi et s’est étendu à une troisième commune, Talasani, où 150 hectares ont brûlé.

Plusieurs avions anti-incendie sont arrivés mercredi sur la zone pour appuyer la centaine de pompiers au sol. Ces appareils viennent “renforcer l’action des quatre bombardiers d’eau et de l’hélicoptère de la sécurité civile” déjà présents en Corse, a précisé dans un communiqué le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Mercredi après-midi, 7 canadairs et 4 trackers étaient sur place. Une quarantaine de militaires de la Sécurité civile et 12 véhicules spécialisés devaient aussi être acheminés dans le nord de l’île.

Un autre incendie, sur une trentaine d’hectares à l’ouest d’Ajaccio, a entraîné l’évacuation d’une trentaine de personnes, a indiqué le préfet de Corse-du-Sud, Christophe Mirmand, lors d’une conférence de presse.

Les dégâts

A Bastia, le vent a provoqué de nombreux dégâts et la plus forte rafale a atteint 169 km/h dans la nuit. Le salon du chocolat, qui devait débuter vendredi, a été annulé après que le chapiteau de la manifestation a été emporté par le vent sur la place Saint-Nicolas, face à la mer. Des échafaudages ont aussi été endommagés, des arbres sont tombés sur des voitures, et des véhicules ont eu leurs vitres brisées par des projectiles emportés par le vent.

La Haute-Corse a connu 22 départs de feu dans la seule journée de mercredi, 80 depuis début octobre contre 2 pour le même mois en 2013.

 Les rafales ont aussi touché des pays voisins de la France. Des chutes d’arbres ou de branches ont causé deux blessés graves en Belgique et au moins deux blessés dans le sud-ouest de l’Allemagne, selon des médias locaux. Dès mardi après-midi, le Royaume-Uni avait été touché par les vents provenant de la queue de l’ouragan Gonzalo, qui avait traversé l’Atlantique. Une passante était morte à Londres, écrasée par un arbre.

(Avec AFP)


Laissez votre avis