La Serbie et la Bosnie constatent des dégâts immenses après les inondations

La Serbie, la Bosnie et la Croatie nettoyaient jeudi les énormes dégâts provoqués par les pires inondations depuis un siècle. 

Après les graves inondations, les autorités ont donné, dans certaines régions, le feu vert au retour de citoyens dans leurs foyers, comme à Baric près de Belgrade.

Parallèlement, le Premier ministre serbe devait présenter dans la journée à des donateurs internationaux, dont la Banque mondiale, la grave situation dans son pays où les premières estimations des dégâts font état de centaines de millions d’euros de pertes.

Dans toute la région touchée, où les intempéries ont fait une cinquantaine de morts, les efforts des autorités sont désormais consacrés au déblayage des agglomérations sinistrées et à l’évaluation des dégâts. “Nos pertes sont énormes, le système énergétique à lui seul affiche des pertes qui excèdent les 250 millions d’euros“, a déclaré le premier ministre.

Le chef du gouvernement serbe a précisé que les dégâts pourraient dépasser un milliard d’euros dans son pays, où 3.500 km de routes ont été dévastés par les inondations. La voix ferrée reliant la Serbie au port monténégrin de Bar, qui revêt d’une importance stratégique pour l’économie serbe, sera impraticable pendant au moins un mois.

En conséquence, les exportations de l’usine automobile de Kragujevac, associée à l’italien Fiat, qui étaient un des moteurs du redressement économique du pays, seront sévèrement affectées. En Bosnie, on parle aussi de centaines de millions d’euros de dégâts.

Dans toute la région, des dizaines de tonnes de carcasses d’animaux noyés durant les intempéries doivent être incinérées pour prévenir des épidémies. La température atteint 30 degrés et accélère la décomposition des cadavres.

Pour l’instant il n’y a pas d’épidémie, mais la situation est très incertaine“, a estimé le ministre bosnien de la Santé, Rusmir Mesihovic. Cependant, des milliers de personnes ne peuvent toujours pas regagner leurs foyers dans les villages de la région d’Orasje, de Samac et de Bijeljina.

Par ailleurs, la situation humanitaire restait particulièrement préoccupante dans toutes les zones sous les eaux. En Bosnie, un quart des 3,8 millions d’habitants sont concernés par les
inondations et restent privés d’eau potable. Sur plus d’1,6 million de personnes touchées par les intempéries, environ 150.000 ont été évacuées, dont 100.000 en Bosnie, constituant le pire exode depuis la guerre.

En Croatie, où le niveau de la Save est en baisse, la situation se stabilise graduellement, ont indiqué les autorités. Néanmoins, 4.000 secouristes et pompiers sont toujours déployés sur le terrain, notamment dans l’est de la Croatie. Dans ce pays, les inondations ont touché 38.000 personnes et les pertes dans le seul secteur de l’agriculture sont estimées à au moins 30 millions d’euros. Le gouvernement du Premier ministre Zoran Milanovic se réunira à Zupanja, dans l’est du pays gravement touché par les inondations, pour évaluer  l’étendue des dégâts.

AFP


Laissez votre avis