Tempête Christian : Entre 1,5 et 2,3Mds d’euros de dommages en Europe

Selon Air Worldwide, spécialiste de l’estimation de catastrophes, la tempête Christian qui a balayé l’Europe fin octobre, aurait causé entre 1,5 et 2,3Mds d’euros de dégâts assurés.

Dévastatrice, la tempête Christian l’aura indéniablement été. Première intempérie notable de cette saison automnale en Europe du Nord, la perturbation a violemment frappé le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, la Scandinavie et l’Allemagne.

Si elle s’est montrée un peu plus clémente dans l’hexagone, Météo France avait préféré appeler à la prudence avec 12 départements du nord-ouest placés en vigilance orange. Avec des vents en rafale qui ont localement atteint les 130km/h, c’est la Bretagne qui a subi le plus de pertes matérielles. 75.000 foyers ont été privés d’électricité pendant plusieurs heures.

En tout, 16 décès ont été enregistrés dans toute l’Europe, dont une victime en France, emportée par une lame à Belle-Ile-en-Mer dans le Morbihan.

Entre 1,5 et 2,3Mds d’euros de dommages

Selon l’estimation chiffrée par Air WorldWide, plus de la moitié du montant des dégâts (logements, commerces et véhicules) se concentrerait au Danemark et en Allemagne. Des dommages “significatifs” ont également été enregistrés aux Pays-Bas, en France, au Royaume-Uni et en Suède. Le spécialiste ne détaille toutefois pas les sommes par pays. La plupart des sinistres semble avoir été occasionnée par la chute des arbres et des lignes haute-tension.

Quelle indemnisation pour les sinistrés en France ?

Les sinistrés français seront indemnisés au titre de la garantie tempête incluse dans leur contrat d’assurance habitation. Pour que la couverture soit efficiente, le vent doit avoir endommagé des bâtiments de construction solide dans la ou les communes aux alentours du lieu de sinistre.

Certains assureurs peuvent également se procurer un certificat d’intempéries en station météo afin de différencier un simple orange d’une tempête. Le facteur déterminant est généralement la vitesse du vent, lorsqu’elle est supérieure à 100 km/h.

La garantie tempête offrira aux français lésés une prise en charge pour les dégâts occasionnés par le vent et la pluie: toiture et volets arrachés, fenêtres cassées, mobilier imbibé d’eau… Seront couverts le bâtiment principal ainsi que les annexes (véranda, cabanon, piscine…) s’ils sont mentionnés au contrat. L’assureur pourra également prendre en charge les frais de déblaiement et de relogement, dans le cas où l’habitation se serait révélée insalubre.

En revanche, les dommages causés par des inondations éventuelles (crues ou débordements de cours d’eau, barrage cassé, refoulement d’égouts…) ne pourront être indemnisés que si un état de catastrophe naturelle est reconnu par arrêté préfectoral.


Laissez votre avis