Tempête “Christian” : Quelles démarches pour se faire indemniser ?

Après le passage de la tempête « Christian » qui a balayé une grande moitié nord du pays durant le weekend, l’heure est à présent au bilan des dégâts et aux démarches administratives auprès des compagnies d’assurances pour se faire indemniser.

La tempête “Christian” n’a pas épargné la France ce weekend, faisant de nombreux dégâts matériels, notamment en Normandie, en Bretagne ou encore dans le Nord-Pas-de-Calais.

Si le phénomène n’a pas fait de victime et qu’il se dirige à présent vers la Grande-Bretagne, l’heure est à présent au bilan des dégâts et aux démarches d’indemnisations auprès des compagnies  d’assurances. Toitures arrachées, arbres déracinés ou lignes électriques endommagées, les sinistres matériels sont parfois lourds dans certaines zones.

Quelles démarches auprès de son assureur ?

Afin d’être correctement indemnisé après ce genre de phénomène, il faut bien évidemment déclarer le sinistre auprès de son assureur dans les 5 jours ouvrés, avec lettre recommandée et accusé de réception.

Vous devez prendre des photos (ou vidéos) de l’ensemble des dommages pour avoir des preuves du sinistre et établir une liste des biens ayant été perdus ou abimés. Il ne faut pas oublier de prendre des mesures préventives et de conservation pour ne pas aggraver l’état de l’habitation (bâche) et effectuer des devis de réparation pour les fournir à l’assureur.

La garantie tempête

Lors du passage de l’expert, les compagnies d’assurances ne considèrent pas les rafales de vent comme un évènement cyclonique (c’est à dire 145 km/h en moyenne pendant 10 min ou 215 km/h en rafales), qui permettrait de faire jouer la garantie “catastrophe naturelle” des contrats multirisques habitations. (MRH).

C’est donc la garantie “tempête”, présente dans tous les contrats d’assurance de biens (multirisques habitation, multirisques entreprise, multirisques automobile…) qui prendra en charge les dégâts. Pour en bénéficier, les victimes doivent apporter la preuve d’une intensité anormale du vent, généralement à une vitesse de plus de 100km/h. La preuve peut être fournier par une attestation de station météorologique par exemple.

News Assurances vous livre dans sa fiche pratique ci-dessous la marche à suivre pour savoir comment est-on assuré lorsqu’une mini-tornade arrache sa toiture ?


Laissez votre avis