Tempête Xynthia : les sinistrés des zones noires sceptiques après l’annonce de Matignon

Des représentants des victimes de la tempête Xynthia ont fait part mardi de leur scepticisme après l’annonce de François Fillon qu’il n’y aurait pas de « remise en cause des critères de zonage », en affirmant qu’ils poursuivraient leurs actions de contestation.

« Ce qui nous importe, c’est d’obtenir une révision des zones noires. Des maisons inondées ne seront pas détruites alors que d’autres qui n’ont pas eu d’eau devront l’être », a regretté auprès de l’AFP Maurice Milcent, maire de l’Aiguillon-sur-Mer. Ces révisions à la marge concerneraient quelque 25 maisons sur les 241 vouées à la destruction.

De son côté, un responsable de l’Association de victimes de La Faute-sur-Mer (AVIF), Yannick Lange, a confirmé que le « zonage serait contesté la semaine prochaine par référé ». « Comment vont-ils expliquer qu’une maison qui n’a pas eu d’eau doit être rasée, alors qu’une autre, juste en face, ne sera pas détruite alors qu’elle avait eu 1,60 m d’eau », dit-il à propos de la venue prochaine de « délégués à la solidarité » annoncée mardi par le Premier ministre. « On essaie d’embobiner les gens. Les critères retenus sont très arbitraires. Rien que dans ma rue, 17 maisons qui sont restées au sec doivent être détruites y compris une qui surplombe la route de 1,20 m », a-t-il dit.

Quelque 529 sinistrés vendéens ont pris rendez-vous avec la cellule d’indemnisation installée dans les deux communes de La Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer où 915 maisons devront être rasées. Pour faire face à la demande, « Nous allons doubler les moyens à partir de demain », a expliqué à l’AFP Frédéric Rose, directeur de cabinet de la préfecture de la Vendée.

La Roche-sur-Yon, 13 avril 2010 (AFP)


Laissez votre avis