Concordia : Epilogue d’un des sinistres maritimes les plus coûteux de l’histoire

L’opération de “parbuckling” (redressement) du Concordia, qui a débuté aujourd’hui, est estimée à 600M d’euros. La facture déjà salée pour le croisiériste Costa et ses assureurs s’alourdit un peu plus. Épilogue d’un des sinistres maritimes les plus coûteux de l’histoire

Échouée depuis le 13 janvier 2012 au large de l’île du Giglio, la carcasse du Costa Concordia (114.000 tonnes pour 290 mètres de long) est aujourd’hui en passe d’être redressée grâce à une opération de “parbuckling”, aussi périlleuse qu’onéreuse. Le coût de l’opération de levage du navire de croisière est estimé à 600M d’euros, payés par l’américain Carnival (maison mère de Costa Croisière).

Selon la société allemande de réassurance Munich Re, le renflouement et la récupération du bateau géant pourraient même faire grimper l’addition à plus de 800M d’euros (1,1Md de dollars).

Note salée pour les assureurs

 Au-delà de la complexe opération de redressement qui mobilise près de 500 personnes, le naufrage du Concordia a surtout fait boire la tasse à 28 compagnies d’assurances spécialisées (appelés des « coassureurs ») qui partageaient la couverture du navire. Ces derniers ont dû assumer l’indemnisation (à parts non égales), entre 375 et 395M d’euros, valeur pour laquelle était assuré le bateau de croisière.

Enfin, en ce qui concerne l’indemnisation des passagers et des familles des 34 personnes décédées lors de l’accident, ce sont deux mutuelles d’armateurs spécialisées (The Steamship Mutual et The Standard Club) qui ont payé la note, 2M d’euros d’indemnisations ont d’ores-et-déjà été versés pour les 235 naufragés français. Au-delà des 10M de dollars de franchise prévus dans l’assurance Responsabilité Civile du croisiériste, ces deux mutuelles prennent en charge 4M de dollars chacune. Selon un porte-parole de Standard Club, dans l’hypothèse où la facture dépasse 70M de dollars (10M de franchise et 60M de couverture assurantielle), ce sont les réassureurs (assureurs d’assureurs) qui prennent le relais.

Lors du naufrage, plus de 4.000 personnes ont dû être évacuées. 4 membres d’équipage et un représentant de la compagnie ont été condamnés à des peines de prison. Le procès du capitaine Francesco Schettino , largement mis en cause dans ce désastre, est toujours en cours.

Crédit Photo : AFP/Andreas Solaro

Laissez votre avis