Transports : L’assurance bris de glace coûte trop chère aux bus de l’Essonne

Dans un article révélé ce weekend par Le Parisien, on apprend que certaines sociétés de transport de l'Essonne ont de plus en plus de difficultés à assurer leurs bus. En cause, les multiples actes de vandalisme qui font grimper la note.

Dans un article révélé ce weekend par Le Parisien, on apprend que certaines sociétés de transport de l’Essonne ont de plus en plus de difficultés à assurer leurs bus. En cause, les multiples actes de vandalisme qui font grimper la note.

Le quotidien Le Parisien de ce weekend révèle que plusieurs société de transport de l’Essonne rencontrent des difficultés grandissants pour assurer leurs flotte de bus. Les actes de vandalismes sont une des principales causes de sinistres, notamment dans certaines communes sensibles. On apprend par exemple que l’une des principales compagnie du département, la Tice, a recensé près de 200 vitres cassées pour un préjudice de 200.000 euros pour l’année 2010.

Certaines sociétés de bus ont même décidé de ne pas souscrire d’assurance bris de glace pour 2011. « Ça nous coûterait trop cher, maintenant, c’est pour notre pomme ! », explique un transporteur au quotidien. Un autre a dû débourser près de 95.000 euros pour remplacer ses vitres en 2008, alors que la prise en charge de l’assurance ne s’élevait qu’à 20.000 euros. Chaque banquette éventrée coûte en moyenne 300 euros, sans compter les autres types de dégradations. Dans certains cas les véhicules sont incendiés, il faut alors compter près de 250.000 euros de préjudice.

« Les seules fois où l’on se fait rembourser une vitre sans faire jouer l’assurance ou sans payer nous-mêmes, décrypte un cadre, c’est quand le jeune a été interpellé par les policiers, qu’il est poursuivi en justice et que ses parents sont solvables… Autant dire presque jamais ! » confesse un directeur de société de transport du département. Face à des assurances qui ne couvrent pas toujours les actes de délinquance, les lignes de bus ont recours à d’autres moyens dissuasifs comme l’installation de vidéo surveillance par exemple ou de moyen de géolocalisation. « Ça a fait baisser la délinquance et le coût », conclut un spécialiste.


un commentaire sur “Transports : L’assurance bris de glace coûte trop chère aux bus de l’Essonne”

Laissez votre avis