Assurance santé : L’Agence européenne du médicament pour le retrait de l’Avandia

    L'Agence européenne du médicament demande le retrait de l'antidiabétique Avandia

    L’Agence européenne des médicaments (EMA) a demandé jeudi le retrait de l’antidiabétique Avandia dans l’Union européenne, en raison des risques cardiaques accrus liés à ce produit du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK).

    Le comité des experts de l’EMA avait décidé de se pencher ce mois-ci sur l’autorisation de vente dont bénéficiait le médicament de GSK, soupçonné d’après certaines études d’entraîner un risque accru d’attaques cardiaque et cérébrale, comparativement aux autres traitements du même type. Après avoir étudié l’ensemble des données disponibles, le comité a conclu que les bénéfices apportés par l’Avandia ne contrebalançaient pas les risques qu’il présentait, et a donc recommandé la suspension de son autorisation de vente dans l’UE.

    Cette recommandation a été transmise à la Commission européenne, à qui il revient de décider formellement du retrait de ce médicament. Mais la Commission se contente généralement de suivre les avis de l’EMA. Selon l’EMA, l’Avandia ne devrait plus être vendu en Europe d’ici « quelques mois ». Elle a recommandé aux médecins de « refléchir à d’autres traitements ». La décision de l’EMA concerne également deux autres produits de GSK, l’Avandamet et l’Avaglim, qui comprennent la même substance active, le rosiglitazone.

    Parallèlement, la FDA, l’homologue américaine de l’EMA, a décidé ce jeudi de restreindre l’usage de l’Avandia aux États-Unis, sans aller toutefois jusqu’à demander son retrait total.

    Londres, 23 sept 2010 (AFP)

    CP : Benghan-Flickr

    Laissez votre avis