Asthme : 3 questions au Docteur Stéphanie Schramm, responsable du projet

Pourquoi cette action sur l’asthme ?

La prévention et l’accompagnement des pathologies chroniques est une priorité pour l’Assurance Maladie. L’asthme a été choisi pour deux raisons :
– Aujourd’hui cette maladie touche 3,5 millions de personnes en France, et tout particulièrement les enfants et des adultes jeunes ;
– Même si le nombre tend à diminuer, on enregistre encore 1 000 décès par an directement liés à l’asthme.

Avec cette action, nous souhaitons sensibiliser les patients asthmatiques à mieux connaître leur maladie et ainsi mieux la gérer au quotidien. Cela leur permettra également d’engager plus facilement le dialogue avec leur médecin traitant.

Quelles sont les priorités pour que le patient soit mieux pris en charge et arrêté de vivre avec son inconfort ?

Le plus important est de faire comprendre aux patients qu’ils peuvent améliorer leur confort respiratoire. Beaucoup trop d’entre eux vivent avec des désagréments fréquents en pensant que c’est normal. Alors que, grâce à un suivi régulier de l’asthme et un traitement de fond adapté, il est possible de maîtriser les symptômes de la maladie et de mieux respirer.

Il est vrai qu’un traitement en continu sur le long cours peut être difficile à suivre, notamment pour de jeunes adultes. Cependant le bénéfice qu’il peut leur apporter est considérable. Nous cherchons à faciliter cette prise de conscience et nous voulons être un appui pour le médecin traitant.

Comment peut-on expliquer l’évolution des dépenses entre 2000 et 2007 ?

L’asthme est une pathologie fréquente dont les modalités de prise en charge ont évolué, notamment avec l’essor de nouveaux médicaments. Et ceux-ci sont de plus en plus souvent utilisés, parfois même quand cela n’est pas nécessaire.

Pour l’Assurance Maladie, l’essentiel est que les traitements soient bien adaptés au type d’asthme dont souffrent les patients.

C’est pourquoi notre action auprès des assurés et des médecins traitants consiste à les accompagner pour obtenir un meilleur contrôle de l’asthme pour les uns, et des prescriptions adaptées aux recommandations des autorités sanitaires pour les autres.

Quelques chiffres :

“Plus de 70 % des asthmatiques sous estiment leurs symptômes et ont un asthme mal contrôlé ».

« 970 millions d’euros, c’est le montant des remboursements de médicaments anti-asthmatiques en 2007. »

« +60% entre 2000 et 2007, c’est la hausse des remboursements de ces médicaments, qui sont utilisés aussi pour d’autres maladies respiratoires. »


Laissez votre avis

judi togel