Bactérie ECEH : Pas d’indemnisation pour les producteurs de concombres français

Les producteurs de concombres français font face à des pertes suite à l'infection de légumes due à la bactérie ECEH. Ces pertes ne sont pas assurées, et leur situation pourrait devenir préoccupante.

Alors que la bactérie ECEH se propage et de nouveaux cas sont annoncés, les producteurs cherchent une indemnisation possible à cause de l’effondrement du marché.

La bactérie Escherichia coli entero-hémorragique (ECEH) continue de faire du dégât. Aux pertes humaines (15 morts en Allemagne et un mort en Suède et environ un millier de malade dont 352 gravement atteints), s’ajoutent désormais les pertes matérielles.

Les français osent de moins en moins acheter des concombres, sans parler des Allemands. Cela pourrait nuire sévèrement aux producteurs de concombres. En effet, si en cas de cessation d’activité due à un sinistre, une assurance perte d’exploitation permet de pallier à l’absence de revenus, ces producteurs ne sont pas assurés, affirme le vice-président de l’Association d’Organisations des Producteurs Nationale Tomates et Concombres en France (AOPn Tomates et Concombres).

Deux réunions auront lieu, une ce matin et une demain, auxquelles prendront part notamment l’ AOPn Tomates et Concombres. Elles établiront si les producteurs français seront indemnisés des pertes auxquelles ils font face, et si les frontières doivent être fermées en ce qui concerne l’importation des légumes venus d’Espagne, voire d’autres pays. En effet, la réticence des Français à acheter des légumes pourrait venir de leur difficulté à établir l’origine de ces derniers.

Situations et réactions des autres pays européens

La psychose concernant les légumes ne touche pas uniquement la France. La demande de légumes, et notamment celle de concombres, s’est effondrée dans plusieurs pays européens. Le ministère des Affaires économiques et de l’Agriculture des Pays-Bas a ainsi d’ores et déjà annoncé mardi 31 mai qu’il allait demander une aide à l’Union Européenne pour ses producteurs. Il propose que cette aide passe par une réglementation européenne sur les fruits et légumes.

Certains pays européens ont  d’autre part interdit l’importation des légumes espagnols. C’est notamment le cas de la Belgique et de la Russie. Cette dernière a également interdit l’importation des légumes allemands et laisse entendre qu’elle pourrait étendre cette interdiction à toute l’Union Européenne.

Il n’y a cependant encore aucune certitude sur le fait que cette infection vienne bien du concombre, ni même d’Espagne. Elle pourrait venir en effet d’autres légumes, comme la tomate, l’aubergine, ou encore la salade. Des analyses sont en cours sur des concombres espagnols, mais les résultats ne seront pas connus avant mercredi 1er juin, d’après le ministre de l’agriculture espagnol. L’ Espagne soutient ne pas être responsable de la diffusion de l’épidémie et compte demander à l’Union européenne une « réponse » pour « les dommages irréparables » portés à son agriculture, d’après lemonde.fr. En effet, selon une dépêche d’AFP publiée à 12h50, presque tous les pays européens ont arrêté d’importer des légumes et des fruits d’Espagne.

Le Parisien du 31 mai rappelle qu’il « est conseillé [aux consommateurs] de ne pas manger les légumes crus ou de les éplucher ».


Laissez votre avis