Complémentaires santé : 32% des Français estiment payer trop cher leur assurance santé

Selon une étude du Crédoc pour le Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP), les Français sont plus regardants sur le prix de leur complémentaire santé, surtout quand il s’agit d’une assurance individuelle. Ils sont peu enclins à faire des efforts, même pour une réduction des cotisations.

Les Français s’y connaissent en assurance santé. 94% des salariés ont une complémentaire santé et 78% de ceux qui souscrivent à une assurance collective par leur employeur savent précisément combien ils paient tous les mois. Une large proportion d’entre eux (67%) peut même vous dire combien paye leur employeur !

Selon l’étude réalisée par le Crédoc auprès d’un peu plus de 1 000 salariés du privé, 60% des salariés bénéficient d’une complémentaire santé dans le cadre professionnel. Et 34% des personnes interrogées ont souscrites une assurance individuelle. Bien couverts et informés des tarifs, les Français jugent le rapport qualité/prix « juste » pour les deux tiers (66%). 32% trouvent, en revanche, qu’ils paient « un peu trop cher » ou « trop cher » leur complémentaire.

Cette donnée se retrouve inégalement répartie. 76% des personnes couvertes pas un contrat collectif sont satisfaite du rapport qualité prix, contre seulement 50% chez ceux qui ont souscrit une assurance individuelle. De fait, 46% des assurés des contrats collectifs ont déjà comparé les prix avec d’autres assureurs…

S’ils sont regardants sur les tarifs, les salariés ne sont pas prêts à tous les sacrifices pour voir leur cotisation baisser. En 2007, 88% d’entre eux étaient prêts à se faire prescrire des génériques et 80% à faire faire des devis par les professionnels de santé. En 2009, seuls 64% peuvent faire un effort sur les génériques et 62% sur les devis. 1/3 serait prêt à consulter en priorité un professionnel recommandé par l’assureur. Moins d’un quart (23%) accepteraient 4 contraintes pour une baisse de cotisation, alors qu’ils étaient 45% en 2007.

Les efforts peuvent aussi être financier. Interrogés par la même enquête, 300 responsables (PDG, DRH…) de PME de moins de 200 salariés déclarent à 47% que si l’exonération de charges devait diminuer, ils diminueraient la participation de l’entreprise. La part n’était que de 27% des sondés en 2007. Et si le prix des complémentaires santé augmente de 5 à 7%, 63% des responsables de PME répercuteront la charge sur les participations employeurs et employés.


Laissez votre avis